Lynché au bord du canal de l’Ourcq à Noisy-le-Sec, le corps sans vie d’Oliver Tony a été retrouvé


Les bords de l’Ourcq à Noisy-le-Sec. (Flickr / P. Janicek)

Une semaine après sa disparition, le corps sans vie d’Olivier Tony a été retrouvé annonce le parquet de Bobigny ce jeudi soir. Le jeune homme âgé de 17 ans avait été sauvagement lynché par plusieurs individus au bord du canal de l’Ourcq à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).

Le corps d’Olivier Tony a été retrouvé par les policiers à Tours (Indre-et-Loire) indique Le Parisien, soit à plus de 250 km du lieu où le jeune homme a été lynché en pleine nuit, il y a une semaine. Il aurait été transporté dans le coffre d’une voiture « et aurait été abandonné dans un fossé, vêtu d’un simple caleçon » selon une source proche du dossier citée par le quotidien.

Des images de cette agression ultra-violente avaient été diffusées sur les réseaux sociaux. Sur ces images terrifiantes, il était possible de voir la victime originaire de Sevran, âgée de 17 ans, sauvagement lynché par plusieurs individus. Le jeune homme était allongé au bord du canal de l’Ourcq, le visage tuméfié. L’une des voix masculine déclarait : « Casse-toi, casse-toi dans l’eau ».

Des images du lynchage de la victime ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Quatre suspects interpellés, deux toujours en garde à vue

Olivier Tony avait depuis disparu depuis la nuit des faits, celle du mercredi au jeudi 7 novembre. Les enquêteurs du service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93) qui travaillent sur cette affaire ont depuis interpellé quatre suspects.

Olivier Tony était âgé de 17 ans. (DR)

Deux individus étaient, avant la macabre découverte, poursuivis pour tentative d’homicide volontaire en bande organisée, arrestation, séquestration ou détention arbitraire d’otages et participation à une association de malfaiteurs, avait précisé le parquet.


L’un a été placé en détention provisoire après avoir été mis en examen, le second sous contrôle judiciaire. Les deux autres mis en cause sont toujours en garde à vue ce jeudi. L’un avait été interpellé à sa descente d’un vol en provenance de Thaïlande mercredi.