Lyon : VIDÉO. Des habitants attaqués aux mortiers d’artifice, un collège dégradé


Des habitants ont été visés par des tirs de mortiers d'artifice dans le 2e arrondissement de Lyon. (capture écran/DR)

Des habitants du quartier de la Confluence à Lyon (IIe) ont été attaqués aux mortiers d’artifice ce mercredi soir. Un collège a également été dégradé et deux mineurs ont été interpellés.

Une vidéo amateur a été diffusée sur les réseaux sociaux et montre cette scène hallucinante. Des individus sont en train de tirer des mortiers d’artifice sur un immeuble. Des insultes sont également proférées. Les faits se sont produits mercredi soir alors que les festivités du 14-juillet étaient en train de se dérouler dans la ville, comme partout en France.

Un groupe de jeunes individus auraient d’abord dégradé le collège Jean-Monnet situé rue Seguin, non loin de la caserne de gendarmerie. Des vitres ont été brisées par des jets de pierres décrit Lyon Mag. Les casseurs auraient ensuite rejoint la place Camille-Georges où ils ont tiré des mortiers d’artifice sur un immeuble d’habitation.

« Des jeunes mineurs défavorablement connus des services de police »

Il n’y a pas de blessé à déplorer mais des traces sont encore visibles sur le bâtiment. Des impacts, sans doute liés à des jets de pierre, ont été également été constatés sur la porte d’entrée en verre de l’immeuble. Selon des témoignages recueillis par le média local, il pourrait s’agir d’un acte de représailles après que des habitants se soient plaints de rodéos sauvages, de trafics de drogue et de nuisances diverses.

« Tout mon soutien aux citoyens de la Confluence qui ont été attaqués chez eux par des jeunes mineurs défavorablement connus des services de police, parce qu’ils ont osé dénoncer leurs incivilités », a réagi l’adjoint au maire du 2e arrondissement délégué à la sécurité, Jean-Stéphane Chaillet.

Deux mineurs ont été interpellés peu après sur le quai Rambaud. « Un procès verbal a été rédigé, une contravention établie, et les jeunes ont été remis à leurs parents, sans le matériel qui a évidemment été confisqué », a expliqué le commissariat, à actuLyon.