Marne : Un homme écroué pour avoir tué une femme de 79 ans en l’étranglant avec un fil électrique


Illustration. (Shutterstock)

Un jeune homme a été mis en examen et écroué, ce dimanche, pour le meurtre d’une septuagénaire commis mardi dernier, à son domicile de Châlons-en-Champagne (Marne).

Il est passé aux aveux. Un jeune homme de 25 ans est poursuivi pour le meurtre d’une femme de 79 ans chez qui il avait effectué « divers travaux de peinture » par le passé, a annoncé le parquet dans un communiqué. Au terme de sa garde à vue, il a été mis en examen et placé en détention provisoire en attendant son jugement.

Cet homme, célibataire et sans enfant, a avoué avoir commis le meurtre de la septuagénaire, expliquant qu’il avait voulu la cambrioler. Il n’était connu de la justice jusqu’ici que pour une conduite en état d’ivresse en 2018. Le suspect a déclaré aux enquêteurs et au juge d’instruction « qu’il avait quitté son emploi en février et qu’il était couvert de dettes, ce dernier élément étant ignoré de sa famille. Il avait alors envisagé ce cambriolage pour les payer ».

Il prétexte intervenir pour une présence d’amiante

« Se faisant passer pour un employé de la société qui avait déjà travaillé chez elle, et en prétextant venir faire des constatations de présence d’amiante », le jeune homme n’avait pas eu de difficulté à pénétrer dans le logement de la victime, mardi après-midi. Puis « selon lui, sans violence, il avait réussi » à la « ramener jusque dans une chambre […] dans l’espoir d’être tranquille pour cambrioler les autres pièces ».

« Elle avait alors chuté et il lui avait asséné un violent coup de coude au crâne. La voyant convulser au sol, pris de panique selon sa version, il avait alors décidé de l’étrangler avec un fil électrique, cause effective du décès ».


Le suspect « avait ensuite continué de fouiller l’appartement, mais était parti sans rien prendre », a précisé le parquet. Les investigations ont été menées par le Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Reims.

Il part au Luxembourg et avoue son crime à ses proches

D’après l’enquête, le jour du crime, plusieurs témoins avaient aperçu un homme âgé d’une vingtaine d’années, quittant les lieux entre 17 heures et 17h30. Ces témoignages paraissaient cohérents avec l’emploi du temps de la septuagénaire, qui a passé un dernier appel téléphonique à une proche aux environs de 16 heures, précise France Bleu.

Après son méfait, le jeune homme « avait passé la journée suivante au Luxembourg avec sa sœur et sa petite amie, puis pris de remords, il avait avoué son meurtre à son frère et sa mère avant de se rendre », indique le communiqué.