Marseille : 173 kg de cannabis, 224 000 euros et des armes saisis, 18 interpellations


18 personnes ont été interpellées dans la cité de la Castellane ce mardi matin. (Illustration/Google view)

Les policiers ont démantelé un important trafic de stupéfiants à Marseille ce mardi. 18 suspects ont été interpellés au cours d’une opération de police. Du cannabis, de la cocaïne, des armes et plus de 220 000 euros ont été saisis.

250 policiers sont intervenus dans la cité de la Castellane (16e) ce mardi matin, lors d’une opération de police organisée par l’antenne anti-stupéfiants (OFAST) de la DTPJ de Marseille. Des fonctionnaires de l’antenne du RAID, de la Brigade de recherches et d’intervention (BRI) et de la DZCRS Sud, ont participé à cette intervention, ainsi que des équipes cynophiles.

Les policiers ont agi dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, a précisé le parquet dans un communiqué. Les investigations avaient débuté il y a un an « autour d’une équipe de malfaiteurs très active ». Les enquêteurs de l’OFAST ont révélé une « structure diversifiée et hiérarchisée, capable de mener à bien l’approvisionnement, la gestion et la revente de résine et d’herbe de cannabis, et de cocaïne au sein de la cité de la Castellane ».

« Tous les protagonistes de ce réseau ont été identifiés ainsi que leur niveau de participation : superviseur, gérant, ravitailleur, nourrice (personnes qui stockent la drogue, ndlr). Il en est de même de plusieurs logements qui servaient de lieux de stockage au sein de la cité et de certains appartements extérieurs à la cité », précise le parquet.

Les forces de l’ordre ont saisi 173 kg de cannabis, 648 g de cocaïne, quatre armes de poing, un fusil d’assaut Kalachnikov, 224 424 euros en numéraire, plusieurs véhicules et des gilets pare-balles.

Les 18 suspects interpellés vont être déférés en vue de leur mise en examen des chefs « de transport, détention, offre ou cession acquisition non autorisée de stupéfiants, association de malfaiteurs et non justification de ressources », ce mercredi « et dans les deux jours à venir », peut-on également lire.