Marseille : Le chauffard qui a blessé sept policiers avait été interpellé la semaine dernière puis laissé libre

Le chauffard a percuté la voiture de la BAC nord de plein fouet.

Le chauffard âgé de 30 ans qui a tenté d’échapper aux forces de l’ordre à Marseille et percuté un véhicule des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) nord, ce mercredi, est bien connu des services de police et de justice. Il avait été interpellé la semaine dernière après un refus d’obtempérer au volant d’une voiture volée, puis remis finalement en liberté sous contrôle judiciaire malgré le fait qu’il avait une peine de prison à purger selon nos informations.

Sept policiers ont été blessés ce mercredi matin à Marseille en interpellant un chauffard. La situation a débuté, comme souvent, par un refus d’obtempérer vers 09h30 dans le 14e arrondissement. Un automobiliste a refusé de s’arrêter lorsque les policiers du groupe de sécurité de proximité (GSP) lui en ont donné l’ordre.

Il a accéléré et s’est lancé dans une dangereuse course-poursuite, fonçant sur les policiers et percutant des véhicules en stationnement précise une source policière. Les fonctionnaires ont ouvert le feu pour se défendre et stopper le conducteur, qui a poursuivi sa route avec un pneu crevé par les tirs.

L’alerte a été donnée sur les ondes police et un équipage de la BAC nord a rapidement localisé le fuyard, quelques rues plus loin. Ce dernier n’a pas hésité à percuter violemment le véhicule des forces de l’ordre, de face. « Au total, deux voitures de police ont été très endommagées, sans compter les blessés du côté des fonctionnaires », déplore cette même source.

« C’est tout simplement insupportable, des policiers auraient pu être tués »

Le mis en cause, qui est un ressortissant algérien de 30 ans en situation régulière en France, a pu être interpellé après avoir tenté de prendre la fuite à pied. Bien connu de la police et la justice, il avait déjà été interpellé à Marseille la semaine dernière pour des faits de recel de vol et rébellion. Après avoir refusé un contrôle alors qu’il était au volant d’une voiture volée, il avait percuté un véhicule et pris la fuite en courant décrit une deuxième source policière. Le fuyard avait ensuite tenté de dérober un scooter en menaçant le conducteur avec un couteau, ainsi que les trois policiers venus l’interpeller. Sous l’emprise de la cocaïne, il s’était rebellé alors qu’il était maîtrisé par les agents.

Au terme de sa garde à vue, il avait finalement été laissé libre sous contrôle judiciaire alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour une peine de trois ans de prison ferme à purger selon cette même source. « Il souffre d’un problème de santé et le juge des libertés et de la détention a décidé qu’il n’irait pas en prison, contrairement aux réquisitions du parquet », nous expose Rudy Manna, secrétaire régional du syndicat Alliance Police Nationale. « C’est tout simplement insupportable ! Des policiers auraient pu être tués mercredi lorsqu’il a foncé et percuté la voiture des policiers de la BAC, sans freiner, alors qu’il aurait dû être en prison. Est-ce qu’il va falloir attendre un drame pour qu’il soit incarcéré ? ».

Le trentenaire devrait être déféré dans les prochaines heures devant la justice et pourrait cette fois atterrir derrière les barreaux.