Marseille : Trois hommes tués au cours de la nuit dans de nouveaux règlements de compte


Illustration. (photo Guillaume Bonnefont/Ip3 Press/Maxppp)

Trois hommes ont été tués par balles au cours de la nuit de samedi à dimanche à Marseille dans deux arrondissements différents. Il s’agirait dans les deux cas de règlements de compte sur fond de trafic de stupéfiants.

Nouvelle nuit sanglante à Marseille. Cette fois, ce sont trois personnes qui ont été tuées.

Les policiers ont été alertés vers minuit pour une fusillade dans la cité de La Marine bleue, dans le 14e arrondissement. Des individus à bord de deux voitures ont ouvert le feu à de multiples reprises sur deux hommes de 25 et 26 ans qui se trouvaient dans la rue. Ces derniers n’ont pu être réanimés par les secours et sont décédés. Lors des constatations, les policiers ont découvert des étuis de calibre 7,62 (correspondant à ceux utilisés pour un fusil d’assaut de type kalachnikov, ndlr) et 9 mm.

Enlevé et retrouvé brûlé dans une voiture

Plus tard vers 01h40, les forces de l’ordre ont une nouvelle fois été alertées. Des coups de feu ont été signalés dans le IVe arrondissement, dans le centre de la ville. Un homme visé par les tirs a été ensuite été mis de force dans une voiture par trois ou quatre individus encagoulés décrit une source proche de l’enquête. Ce même véhicule, de marque Audi, a été retrouvé calciné avec le corps de la victime à l’intérieur, dans le 13e arrondissement. Cette dernière était semble-t-il âgée de 27 ans.

Le mode opératoire utilisé est celui du « barbecue ». Bien connu dans la grande criminalité, il consiste à tuer la victime avant d’incendier son corps dans un véhicule, avec le but d’effrayer des ennemis ou concurrents, en faisant preuve d’une plus grande cruauté. Les enquêteurs de la PJ avaient déjà été confrontés à des faits similaires, notamment au tout début de l’année à Marseille.

Les trois hommes tués au cours de la nuit étaient déjà connus des services de police pour des faits en lien avec le trafic de stupéfiants selon cette même source. La police judiciaire est chargée des deux enquêtes.

Un « été meurtrier »

Début juillet, des enquêteurs de la brigade criminelle de la direction zonale de la police judiciaire (DZPJ) de Marseille nous avaient confié leurs inquiétudes d’être confrontés à un « été meurtrier ». « On avait déjà eu des prémices d’une reprise des hostilités en début d’année et là, ça se confirme clairement ».

La cité phocéenne fait face à une recrudescence d’homicides en pleine rue depuis la fin juin. Cette nouvelle nuit meurtrière survient 72 heures après une fusillade qui a coûté la vie à un adolescent de 14 ans, à la cité des Marronniers (14e).