Meurtre de Johanna au Havre : Elle avait fait des démarches pour se séparer de son conjoint violent


Johanna T. a été tuée de 14 coups de couteau en pleine rue au Havre, ce lundi. (photo DR)

Johanna était âgée de 27 ans, elle a été tuée de 14 coups de couteau en pleine rue au Havre (Seine-Maritime) lundi, sous les yeux de ses trois enfants en bas âge, par son conjoint. L’homme a été placé en garde à vue, puis mis en examen et écroué. La victime avait réalisé de nombreuses démarches pour se séparer de ce dernier, en vain.

Ses appels aux secours n’ont pas permis d’empêcher ce terrible drame. Johanna a été tuée à coups de couteau par son conjoint Idrissa T. en pleine rue, devant le supermarché Leader Price du Havre.

L’homme s’est rendu au kebab où se trouvait Johanna et ses trois enfants, à la mi-journée lundi. L’une des amies de la victime, Houleymata, explique à Paris-Normandie qu’Idrissa T. avait peu avant appelé Johanna pour l’informer qu’il ne pouvait pas récupérer leurs enfants à l’école. « C’était en principe au père de les récupérer, mais il a prévenu sa mère qu’il ne pouvait pas. C’était faux, c’était pour la suivre, comme souvent », raconte Houleymata. Une dispute a alors éclaté dans le restaurant et la jeune femme de 27 ans a demandé au gérant de l’établissement « d’appeler la police si jamais son ex devenait agressif ».

« La mère allait les chercher à la sortie de la mi-journée, et convenait avec le mis en cause de se retrouver dans un kebab où il ramenait le cadet. Une dispute survenait dans cet établissement au sujet des enfants, et le père les emmenait à l’hypermarché voisin pour leur acheter des glaces, la victime les attendant dans le kebab », a détaillé le procureur de la République François Gosselin.

14 coups de couteau sous les yeux de ses trois enfants

C’est en sortant du supermarché qu’Idrissa T. a poignardé à de nombreuses reprises Johanna, avec un couteau « dont il se disait habituellement porteur en raison de menaces dont il aurait fait l’objet », a précisé le procureur. Les examens ont montré que Johanna avait reçu au total 14 coups de couteau sous les yeux de ses trois enfants de 2, 4 et 6 ans, un véritable acharnement.


Johanna avait réalisé de nombreuses démarches pour se séparer de son compagnon. Au mois de mai dernier, la jeune femme avait fait appel aux services sociaux pour les informer de sa volonté de se séparer de son conjoint, et avait soumis des demandes de logement à des bailleurs sociaux.

Une main-courante déposée

La mère de famille avait obtenu une place au Service d’accueil d’urgence des femmes (SAUF) le 29 juillet dernier selon le parquet du Havre, cité par BFMTV. Mais Johanna a choisi de ne pas aménager dans ce service. Quelques jours plus tard, le 10 août, elle avait déposé une main courante au commissariat de la ville faisant état d’un « climat tendu », précisant qu’il n’y avait « pas de violences contre elle-même ou contre ses enfants », toujours selon le procureur.

« La première plainte qu’ils n’ont pas voulu prendre c’était pour gifle au visage. Ils lui ont dit que ce n’était pas assez grave », raconte Alicia, la demi-sœur de Johanna, au micro de la chaîne d’informations.

Placé en garde à vue puis remis en liberté

Puis le lendemain, le 11 août, la police est intervenue au domicile du couple. Johanna a expliqué aux fonctionnaires qu’elle s’était échappée par la fenêtre de son logement car son conjoint la menaçait avec un couteau selon un communiqué du parquet. « Il l’a regardée et lui a dit: ‘Ca fait une semaine que je réfléchis à comment je vais te tuer’. Il avait un sac poubelle, il a voulu l’étouffer avec, il a aussi essayé avec un coussin, avec ses mains. (…) Du coup, elle a sauté du premier étage, en risquant sa vie », explique Alicia.

Idrissa T. avait alors été placé en garde à vue puis remis en liberté, faute d’éléments suffisants selon le parquet. « Les éléments réunis au cours de l’enquête apparaissaient insuffisants pour caractériser une infraction, et la procédure était transmise au parquet en vue d’un classement sans suite », peut-on lire dans ce même communiqué.

Idrissa T. a été mis en examen et écroué. (photo Facebook)

Mis en examen et écroué

Johanna a ensuite été hébergée chez sa sœur puis dans le foyer où une place lui avait été proposée en juillet, alors que les enfants étaient pris en charge tour à tour par les deux parents. Une situation qui a perduré jusqu’au meurtre de la jeune femme ce lundi vers 13 heures.

Idrissa T., 37 ans, a reconnu les faits au cours de sa garde à vue. Déféré ce mercredi, il a été mis en examen par un juge d’instruction avant d’être placé en détention provisoire. Une information judiciaire du chef de meurtre par conjoint a été ouverte.