Montereau-Fault-Yonne : Les policiers visés par des tirs de mortiers durant une nuit de violences urbaines


Les forces de l'ordre ont fait face à des dizaines d'individus dans la nuit de mardi à mercredi. (photo police nationale 77)

Les policiers ont fait face à plusieurs dizaines d’individus hostiles dans la nuit de mardi à mercredi à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), dans le quartier de Surville. Deux personnes ont été interpellées.

Nuit de violences urbaines à Montereau-Fault-Yonne. Tout a débuté vers 21 heures. Un engin de chantier et du matériel ainsi que des poubelles ont été incendiés, dans et autour du parc de la Gramine explique Le Parisien.

Il s’agit d’un lieu bien connu pour être un point de deal, où des travaux de réhabilitation ont débuté ce lundi. L’installation de caméras de vidéosurveillance serait à l’origine de ces violences urbaines.

Près de 90 policiers venus de tout le département ont été déployés, notamment ceux des Brigade anticriminalité (BAC) et de la Compagnie départementale d’intervention (CDI). Les gendarmes du PSIG (Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) de Nemours et de Provins ont également fait le déplacement.

Les forces de l’ordre ont été la cible de nombreux projectiles ainsi que de tirs de mortiers d’artifice. Entre 50 et 100 individus s’en sont violemment pris aux policiers et aux gendarmes.


Deux individus ont été interpellés au cours de cette vague de violences et aucun policier n’a été blessé. Un véhicule des forces de l’ordre a néanmoins été endommagé. Le calme est revenu vers 03h30. Une enquête a été ouverte et confiée aux policiers de la sûreté urbaine de Montereau-Fault-Yonne, ainsi qu’à ceux de la sûreté départementale.

Un véhicule de police a été endommagé. (DR)

Interrogé par La République de Seine-et-Marne, le maire de la ville, James Chéron, a insisté sur le fait que cette « réhabilitation répond à une demande des riverains et voisins de ce parc urbain de Surville ». L’édile a dénoncé ces violences urbaines, évoquant « des faits graves et inacceptables ».