Morbihan : L’animatrice scolaire se droguait à l’héroïne dans la salle de sieste de la garderie


Illustration. (Shutterstock)

L’employée toxicomane, qui avait été licenciée, jugeait cette sanction disproportionnée. Elle a donc saisi la justice.

Les faits remontent à mai 2017, lorsque la jeune femme qui était animatrice scolaire avait été surprise en train de se shooter à l’héroïne sur son lieu de travail. Elle était alors employée dans une garderie de Mauron (Morbihan) et se droguait dans la salle de sieste des enfants.

L’employée avait reconnu les faits, relate Le Ploermelais, avant de tenter de se justifier. Elle avait expliqué être dans l’impossibilité de se rendre en pharmacie récupérer un traitement de substitution, faute de permis de conduire.

La jeune femme avait même saisi la justice pour statuer sur son licenciement qu’elle jugeait disproportionné. Le tribunal de Rennes (Ille-et-Vilaine) ne partage visiblement pas son avis et vient de valider le licenciement.