Morbihan : Prison ferme pour un demandeur d’asile qui a poignardé un gendarme à plusieurs reprises


Illustration. (Shutterstock)

Il devait quitter son logement situé à Auray (Morbihan) mais ce demandeur d’asile soudanais âgé d’une vingtaine d’années a refusé et a poignardé à plusieurs reprises l’un des gendarmes venus sur place. L’agresseur a été condamné à une peine de prison ferme et a été écroué.

Les faits se sont déroulés le 18 juillet dernier dans l’appartement du mis en cause. L’homme qui était pris en charge par une association, a reçu l’ordre de quitter son logement étant donné qu’il faisait peur à ses colocataires ainsi qu’au personnel qui l’aidait dans ses démarches raconte Ouest-France.

Trois gendarmes ainsi que deux membres du personnel se sont présentés à la porte de son appartement ce jour-là. La situation a rapidement sombré dans un véritable déferlement de violences. L’homme qui est un demandeur d’asile venant du Soudan semblait dormir sur son canapé, avec des boîtes vides de médicaments à proximité. Les pompiers ont été appelés.

21 jours d’ITT

Alors qu’ils venaient d’arriver, l’homme âgé d’une vingtaine d’années s’est dirigé dans la cuisine, a saisi deux couteaux et s’est dirigé vers l’un des pompiers. Un gendarme a alors tenté de le neutraliser avec un pistolet à impulsion électrique (taser).

Mais l’agresseur est parvenu à le poignarder à plusieurs reprises à l’épaule, puis à la tête avec un ouvre-boîtes, avant d’être maîtriser. Le gendarme blessé s’est vu attribuer 21 jours d’ITT (Incapacité totale de travail).


Deux ans de prison

Lors de l’audience ce mardi au tribunal correctionnel de Lorient, le vice-procureur a évoqué « une crise de colère » et « une démonstration de force » quand l’avocat du prévenu a parlé de la « vision altérée de la réalité » de son client, et de son « besoin de soins ».

Le prévenu, Mohamed Ali Ahmad, a écopé d’une peine de deux ans de prison ainsi que d’une interdiction définitive du territoire français. Une décision qui a été assortie d’un mandat de dépôt, l’homme a été écroué. Le gendarme blessé va désormais faire l’objet d’une expertise médicale afin de fixer l’indemnisation que devra lui verser l’agresseur.