Nancy : Le livreur «Uber shit» surpris en pleine livraison par les policiers de la BAC


Les policiers ont trouvé 1,4 kg d'herbe de cannabis au domicile de cet homme.

L’homme avait tout d’un livreur Uber Eats mais ne livrait pas à manger. Les policiers l’ont surpris en pleine transaction de drogue.


Le confinement n’arrange pas les affaires des dealers. Comme lors de la première vague de coronavirus, ils sont contraints de trouver d’autres méthodes pour écouler la drogue. Les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) étaient en patrouille ce lundi vers 17 heures à Nancy (Meurthe-et-Moselle), lorsqu’ils ont aperçu deux hommes dans la rue Saint-Georges qui discutaient ensemble.

L’un était à vélo et portait un sac de livraison Uber Eats. A première vue, il livrait un repas à un client. Il était d’ailleurs en train de lui montrer quelque chose dans son sac. Puis lorsqu’il a vu les policiers qui s’approchaient, il a lâché ce qu’il tenait. Les fonctionnaires de la BAC ont mis leur brassard « Police » et ont procédé au contrôle des deux suspects.

1,4 kilos d’herbe de cannabis et près de 1500 euros

A l’intérieur de ce sac dont se dégageait une forte odeur, il n’y avait aucun plat mais seulement quelques dizaines de grammes d’herbe de cannabis, conditionnés dans des sachets plastiques.

La drogue était prête à la revente et cet homme âgé de 35 ans était en fait un livreur « Uber shit ». Un terme devenu courant dans le jargon policier, qui désigne ces dealers utilisant des vêtements et sac d’Uber ou de Deliveroo, pour apporter la drogue à leurs clients, en espérant être discrets. Son client du jour, âgé de 19 ans, a reconnu qu’il devait acheter 10 grammes de cannabis.


Le dealer pris en flagrant délit a été interpellé et placé en garde à vue. Il est déjà connu des services de police. Une perquisition a été réalisée à son domicile et les policiers ont découvert 1,4 kg d’herbe de cannabis au total, ainsi que 1500 euros en numéraire. L’enquête se poursuit.

En août dernier, les policiers de la Brigade territoriale de contact (BTC) du VIIe arrondissement de Paris avaient interpellé un autre livreur de drogue avec une sacoche Deliveroo. A l’intérieur : 57 pochons de résine et d’herbe de cannabis ainsi que la somme de 1300 euros en numéraire.