Paris : Un dealer sur un deux-roues interpellé en pleine livraison de drogue lors d’un simple contrôle routier


A scooter, un homme livrait du cannabis en plein Paris lorsqu'il a été arrêté ce samedi.

Il portait une sacoche Deliveroo pour tenter de tromper les policiers.

Voilà de longs mois maintenant que les policiers parisiens sont attentifs aux conducteurs de deux-roues : des dealers se font en effet passer pour des livreurs Deliveroo ou Uber Eats. La vigilance des policiers de la Brigade territoriale de contact (BTC) du VIIe arrondissement qui étaient en patrouille ce samedi vers 20h45, s’est révélée fructueuse.

Ils ont en effet repéré un homme sur un scooter de marque Honda, sur la place de Varsovie (XVIe). Ce dernier avait une sacoche Deliveroo sur le dos mais également une plaque d’immatriculation dégradée. Une partie saillante était aussi présente sur le véhicule. Des éléments qui ont poussé les forces de l’ordre à procéder à son contrôle.

Celui-ci a obtempéré et s’est arrêté. Les policiers ont constaté qu’il y avait une forte odeur de cannabis qui venait de la sacoche du scootériste. L’homme qui avait tous les papiers du véhicule avec lui, a fini par reconnaitre qu’il transportait du cannabis.

1300 euros et 57 pochons de cannabis

Des dizaines de morceaux de cannabis conditionnés dans des sachets en plastique se trouvaient dans sa sacoche. Il y avait également quelques dizaines de billets de 50, 20 et 10 euros. Sa livraison de drogue à domicile s’est terminée là. L’homme a été interpellé et placé en garde à vue. Une perquisition a également été menée dans son logement.


Il y avait au total 57 pochons de résine et d’herbe de cannabis ainsi que la somme de 1300 euros en numéraire dans sa sacoche. Une somme récupérée en quelques heures tout au plus. Le mis en cause âgé de 25 ans originaire de Bondy (Seine-Saint-Denis) a été déféré au parquet ce lundi. Il pourrait être jugé dans le cadre d’une comparution immédiate.

Des pratiques courantes

Les dealers ne manquent pas d’imagination lorsqu’il s’agit de passer inaperçus, ou du moins d’essayer. Une technique de dissimulation également surnommée « Uber shit ».

En mai et en avril dernier durant les mesures de confinement, les policiers de la BTC avaient déjà interpellé deux livreurs de drogue dans des circonstances similaires. Les policiers du VIIIe arrondissement avaient quant à eux eu affaire à un homme qui avait tout tenté pour leur échapper, percutant un fonctionnaire.

Une femme s’était aussi déguisée en infirmière au mois de mai, pour transporter de la cocaïne. Elle avait été contrôlée au départ car elle ne cessait de regarder son téléphone alors qu’elle était au volant de sa voiture, et semblait perdu.