Nancy : Un jeune homme séquestré et roué de coups pour une dette de 50 000 €, deux interpellations


Un jeune homme a été séquestré et roué de coups par deux hommes dans son appartement du 30 boulevard du 26ème R.I. à Nancy. (photo Google)

Deux individus ont rendu visite à un jeune homme domicilié à Nancy (Meurthe-et-Moselle), jeudi, pour lui réclamer 50 000 €. Ils l’ont séquestré, roué de coups et lui ont même tailladé une oreille au scalpel.

Un jeune homme de 21 ans a été séquestré, jeudi, à son domicile du 30 boulevard du 26ème R.I., à Nancy, relate L’Est Républicain. Les deux mis en cause, en provenance du Pas-de-Calais et de Guadeloupe, ne lui étaient pas inconnus. Ils sont venus lui réclamer 50 000 euros, une dette qui pourrait être liée à un trafic de stupéfiants. D’ailleurs, la victime était déjà connue des services de police pour ce type de délit.

Bloqué chez lui avec ses deux geôliers, le jeune homme a été roué de coups. Le duo lui a même entaillé une oreille avec un scalpel pour arriver à ses fins. Comme il ne disposait pas de la somme qui lui était réclamée, le jeune homme a téléphoné à son frère qui se trouve dans les Landes. Il lui a expliqué la situation et lui a demandé de réunir l’argent.

Les policiers interpellent les deux agresseurs

Comprenant la gravité de la situation, le frère de la victime a immédiatement alerté la police. Rapidement, plusieurs équipages de police ont été envoyés devant le logement où était retenu le jeune homme. Lorsqu’ils sont sortis de l’immeuble peu avant 11 heures, les deux geôliers étaient en possession d’une valise. Ils ont été interpellés sur-le-champ. Un scalpel et une paire de ciseaux ont été découverts sur l’un d’eux.

Les policiers ont rejoint l’appartement de la victime et ont constaté qu’il avait été pillé. Les lieux étaient sens dessus-dessous et le duo s’était emparé de divers objets dont une montre, des jeux vidéo ou encore un ordinateur. Les secours ont pris en charge la victime qui s’est vu délivrer 3 jours d’Incapacité totale de travail (ITT).


La police judiciaire en charge des investigations

Le duo a été placé en garde à vue pour « séquestration, violences avec arme, vol aggravé, dégradations et tentative d’extorsion ». L’enquête ouverte par le parquet de Nancy a été confiée aux enquêteurs du Service régional de police judiciaire (SRPJ).

D’après les premiers éléments en possession des policiers, cette expédition punitive pourrait être liée au fait que le Nancéien aurait commandité le cambriolage d’un des appartements du duo, aux Antilles.

Déférés devant la justice samedi, les mis en cause ont été placés en détention provisoire en attente de leur procès qui doit se tenir ce lundi.