Nancy : Une enseignante écrouée pour viols sur ses enfants, 118 écoliers interrogés par la police


Illustration. (Shutterstock)

Une professeure des écoles du Grand Nancy est soupçonnée d’avoir violé ses deux fillettes. Elle a été mise en examen et placée en détention provisoire, tout comme son mari et son amant. Les enquêteurs vont procéder aux auditions de 118 élèves ou anciens élèves de l’enseignante.


L’enquête a débuté à la suite d’un signalement aux autorités fait par la direction de l’hôpital de Nancy (Meurthe-et-Moselle), en février 2019. L’enseignante, âgée d’une trentaine d’années, avait été prise en charge par les urgences psychiatriques à la suite d’une tentative de suicide par ingestion de médicaments et avait fait une révélation inquiétante.

Une vidéo pédopornographique avec ses propres enfants

À l’interne, elle avait confié être sous la coupe d’un amant d’une quarantaine d’années qui la poussait à tourner des vidéos pédopornographiques avec ses deux fillettes de 5 et 7 ans. La professeure des écoles avait lâché avoir cédé à la pression qu’il exerçait sur elle, et qu’elle s’était filmée en train d’imposer des actes sexuels à ses enfants.

La mère de famille et son amant en garde à vue

Alertée par le médecin, la direction de l’hôpital avait transmis le signalement à la justice qui a diligenté une enquête. C’est ainsi que l’enseignante et son amant ont été interpellés et placés en garde à vue, au mois de novembre dernier.

Face aux enquêteurs, l’amant a reconnu avoir été destinataire de vidéos pédopornographiques sur lesquelles apparaissent les deux fillettes de l’enseignante. Les enquêteurs ont d’ailleurs procédé à la saisie de plusieurs de ces fichiers. Le suspect a pointé du doigt le conjoint de l’institutrice, l’accusant d’abus sexuels sur leurs enfants.


Le mari interpellé à son tour

Le mari s’est donc retrouvé en garde à vue, lui aussi. Il a nié les faits en bloc, mais tous les trois ont été déférés devant la justice au terme de la mesure, rapporte L’Est Républicain.

La professeure des écoles et son mari ont été mis en examen pour « agressions sexuelles et viols incestueux sur des mineures de moins de 15 ans » et « corruption de mineures de moins de 15 ans ». La trentenaire est aussi poursuivie pour « captation d’images pédopornographiques ».

L’amant a été mis en examen pour « complicité de viols, d’agressions sexuelles et de captation d’images pédopornographiques » et pour « corruption de mineures ». Le trio n’était pas connu de la justice avant cette affaire particulièrement sordide. Tous trois ont été placés en détention provisoire.

Les deux filles de l’enseignante ont été prises en charge et confiées au conseil départemental puis placées dans un foyer d’accueil.

118 élèves et anciens élèves interrogés

Compte tenu de la profession de la mise en cause, les enquêteurs vont procéder aux auditions de 118 écoliers qui l’ont connue en tant qu’enseignante. Ceci afin d’être assuré qu’il n’y a pas d’autres victimes. Des convocations à l’hôtel de police de Nancy ont été adressées ce vendredi à leurs parents, relate le quotidien régional.

Toutefois, ces auditions sont de « simples précautions » car « aucun élément ne laisse à penser que l’enseignante s’en soit prise à ses élèves », a tenu à préciser le procureur de la République de Nancy, François Pérain. Le magistrat a ajouté que « France Victimes 54, l’association d’aide aux victimes qui assure des permanences à la cité judiciaire, se tient dès à présent à la disposition des parents concernés pour assurer un accompagnement en cas de besoin ».