Nantes : Ils jettent des pierres sur les enseignants le jour de l’hommage à Samuel Paty et tentent de bloquer le lycée


Illustration. (Shutterstock)

Une trentaine d’individus s’en sont pris au corps enseignant d’un lycée à Nantes (Loire-Atlantique) ce lundi matin, jour de la rentrée et d’hommage à Samuel Paty. Un homme déjà connu de la police a été interpellé et placé en garde à vue.

La rentrée ne s’est pas déroulée comme prévue au lycée Monge – La Chauvinière à Nantes ce lundi matin. Vers 09h45, une trentaine de personnes ont agressé les membres du corps enseignant en leur jetant des projectiles, notamment des pierres, rapporte France Bleu. Fort heureusement, il n’y a eu aucun blessé.

Les auteurs encagoulés ont ensuite tenté de bloquer l’entrée de l’établissement scolaire, en utilisant des barrières venant d’un chantier se trouvant à proximité. Ils ont stoppé la circulation dans la rue de la Fantaisie qui mène au lycée.

Deux bouteilles d’acide

La police a été alertée et les forces de l’ordre ont interpellé un suspect âgé de 18 ans. Ce dernier qui est déjà connu des services de police, a été placé en garde à vue pour « participation à un attroupement violent et recel de vol ».

Les forces de l’ordre ont également découvert deux bouteilles d’acide et un sachet contenant du liquide inflammable, non loin du lycée.


Cet acte serait en lien avec un appel national au blocage des lycées, qui circule sur les réseaux sociaux, pour le mardi 3 novembre. C’est en tout cas ce que pense le rectorat, qui évoque un « événement majeur et exceptionnellement grave qui n’est pas anodin ». Un hommage a été rendu ce lundi matin dans toutes les écoles de France, à Samuel Paty, le professeur assassiné par un terroriste lors de l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le 16 octobre dernier. Une minute de silence a notamment été observée à 11 heures.

« C’est très grave et lourd de sens« 

« Je condamne fermement l’attaque contre le lycée de la Chauviniere à Nantes au moment du temps de recueillement en hommage à Samuel Paty : c’est très grave et lourd de sens », a réagi sur Twitter le député LREM de Loire-Atlantique François et ancien ministre, François de Rugy. « Tous les acteurs politiques et éducatifs nantais doivent agir ensemble pour combattre ces comportements ».