Nice : Trois policiers blessés après une intervention sur le tournage sauvage d’un clip de rap

Illustration. (shutterstock)

Trois policiers ont été blessés à Nice (Alpes-Maritimes) ce dimanche après-midi en intervenant sur le tournage d’un clip de rap sans autorisation. Les forces de l’ordre ont essuyé des tirs de mortiers d’artifice et des jets de projectiles. Deux mineurs ont été interpellés.

Des détonations ont été signalés dans le quartier de l’Ariane à Nice, rue Amédée-VII vers 15h30. Une soixantaine d’individus participaient au tournage sauvage d’un clip du rappeur marseillais Graya a appris Actu17, confirmant une information de BFMTV. Plusieurs équipages de police se sont rendus sur place et un contrôle a débuté.

La situation a rapidement dégénéré : les policiers ont été visés par des jets de projectiles lancés par des dizaines d’individus hostiles. Deux autres véhicules de police sont arrivés en renfort, mais les forces de l’ordre ont été la cible de tirs de mortiers d’artifice. Les fonctionnaires ont utilisé leur lanceur de balle de défense ainsi que des grenades lacrymogènes pour se défendre. Trois policiers de la compagnie départementale d’intervention (CDI) ont été légèrement blessés durant ces affrontements, l’un au bras, le second au tibia et un troisième qui souffre d’acouphènes.

Deux mineurs interpellés après avoir lancé des projectiles en verre

Une opération de police s’est ensuite déroulée dans le quartier à 17 heures, avec l’appui d’une dizaine d’équipages de police au total. Le calme est revenu sur place mais peu avant 18 heures, des policiers de la brigade spécialisée de terrain (BST) ont reçu des projectiles en verre à partir d’un appartement situé dans la rue Amédée-VII. Deux mineurs de 13 et 14 ans qui se trouvaient dans ce logement ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils étaient inconnus des services de police jusqu’ici. Une enquête a été ouverte et confiée aux policiers de la sûreté départementale.

« Avec Christian Estrosi, nous condamnons et apportons notre soutien aux fonctionnaires blessés. Des images exploitables sont mises à la disposition des enquêteurs », a réagi Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice, sur Twitter.