Nice : Une infirmière manipule sans le savoir le stylo-pistolet d’un patient et tire, trois blessées


L'entrée des urgence du CHU Pasteur à Nice. (Google view)

Trois infirmières du centre hospitalier Pasteur à Nice (Alpes-Maritimes) ont été blessées ce lundi soir. L’une d’elle a manipulé un objet appartenant à un patient. Il s’agissait en fait d’un stylo-pistolet. Les trois victimes ont été hospitalisées.

Les policiers ont été alertés vers 21 heures. Le CHU Pasteur de Nice venait de prendre en charge un homme de 20 ans qui présentait une blessure par balle. Un équipage de police s’est déplacé et a appris que la victime avait été déposée aux urgences par deux autres individus, à bord d’une voiture explique une source proche de l’enquête, confirmant une information d’Europe 1.

Peu avant 23 heures, une infirmière a fait l’inventaire des effets vestimentaires du blessé, dans le cadre de son hospitalisation. Elle a découvert un objet… un stylo-pistolet, qu’elle a manipulé. Il s’agit d’un type d’arme dissimulée et de petite taille, qui circule depuis plusieurs années en France mais qui est plus utilisée aux États-Unis.

L’infirmière a alors tiré involontairement, blessant l’une de ses collègues à un bras et se blessant elle-même au niveau de la main, avec le percuteur de l’arme. Une troisième assistante souffre quant à elle d’acouphènes. Les trois victimes ont été hospitalisées. Celle qui a été blessée par balle au bras devait être opérée dans la matinée. Ses jours ne sont pas en danger.

Un stylo-pistolet et une cartouche de calibre 22. (photo police nationale)

Les policiers ont retrouvé un étui de calibre 22 long rifle dans la salle de soins où l’accident s’est produit. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté départementale.

Des tirs un peu plus tôt

Durant cette même soirée, vers 20h30, les policiers ont été appelés pour des coups de feu dans un camp de gens du voyage à Nice. Ils n’ont trouvé aucune victime sur place. Il n’y a pas de lien établi à ce stade entre les deux affaires et la blessure par balle de cet homme.

En juin 2019, un adolescent de 16 ans avait été tué en manipulant lui aussi un stylo-pistolet, dans le Puy-de-Dôme, à Mozac.