Nord : 15 ans de prison ferme pour un collégien qui avait tué une femme «pour voir ce que ça fait»


Illustration. (Shutterstock)

Un collégien âgé de 16 ans a été condamné ce jeudi à 15 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d’une femme de 57 ans sur un sentier entre Beauvois et Caudry (Nord).


La victime, Ginette Alvarez, avait été retrouvée morte le 19 octobre 2017 sur un chemin qu’elle prenait régulièrement pour aller faire son footing. Elle avait reçu un coup de couteau dans le dos.

Six mois après les faits, un collégien alors âgé de 15 ans avait dit à ses camarades qu’il « allait avouer le meurtre ». Prévenue, la police avait interpellé le jeune suspect qui avait indiqué au cours de sa garde à vue qu’il avait agi « sous la colère », « pour voir ce que cela fait ».

Le collégien avait reconnu par ailleurs avoir choisi Ginette Alvarez au hasard. Il avait ensuite été mis en examen et placé en détention provisoire.

L’accusé a déclaré à la barre qu’il comptait commettre deux autres meurtres

Durant son procès, Me Charles-Emmanuel Herbière, l’avocat des enfants de la victime, a rappelé que l’accusé avait prévu de tuer avant d’être considéré comme majeur pénalement, pour alléger sa peine.

L’adolescent, Corentin, a déclaré à la barre qu’il comptait commettre deux autres meurtres et qu’il suivait des activités en détention « pour obtenir des crédits de réduction de peine ». Les experts psychiatres ont fait part d’un « risque de récidive » important chez le collégien qui est fasciné par les sites internet morbides notamment.

De son côté, l’avocat de la défense Me Sandrine Bleux-Laborie a rappelé le parcours « chaotique » de l’accusé, « très solitaire » dont la mère avait été « absente » et le père laxiste, précisant que son client ne cherchait pas « à fuir ses responsabilités », mais qu’il les assumait.

Le parquet avait requis une peine de 18 ans de prison

Jugé mercredi et jeudi par le tribunal pénal pour enfants de Cambrai (Nord), Corentin a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle et a 15 ans de suivi socio-judiciaire, sous réserve d’une peine de trois ans et six mois s’il ne respecte pas ses engagements explique La Voix du Nord. Le parquet avait requis une peine de 18 ans de prison.