Nouveau coronavirus en Asie : nouveau bilan de 6 morts, près de 300 cas confirmés


Des résidents chinois portant des masques près du marché de Huanan, le 23 janvier 2020. (photo STR / EPA / Newscom / MaxPPP ©)

Le bilan du mystérieux virus s’est à nouveau alourdi ce mardi, passant à six victimes décédées. Ce nouveau coronavirus est apparu il y a près d’un mois et inquiète les autorités. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) a annoncé une réunion d’urgence ce mercredi.

La Chine est sérieusement touchée par l’épidémie de ce nouveau virus. Le bilan est passé à 6 morts ce mardi ont annoncé les autorités. Quelques heures plus tôt, Pekin avait annoncé le décès d’un homme âgé de 89 ans à Wuhan, contaminé par ce virus qui provoque de graves difficultés respiratoires.

Le pays a par ailleurs recensé ce mardi 77 nouveaux cas. Un total de 291 cas ont été confirmés et 922 patients sont en observation, a annoncé dans un communiqué la Commission nationale de la Santé.

Des cas dans plusieurs pays

Le virus apparu il y a près d’un mois sur un marché de Wuhan, une ville de 11 millions d’habitants, qui est de la famille du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) touche également plusieurs grandes villes du pays, dont Pékin et Shanghai. Ces dernières 76 heures, plusieurs malades ont été recensés au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande, et un cas suspect a été découvert en Australie.

Le virus se transmet entre personnes

Ce lundi, un scientifique chinois renommé de la Commission nationale de la santé a déclaré à la chaîne de télévision d’État CCTV que le virus se transmettait entre personnes.


Face à cette crise, l’OMS a annoncé qu’elle tiendrait une réunion d’urgence ce mercredi afin de déterminer des mesures à prendre et s’il convient de déclarer une « urgence de santé publique de portée internationale ».

Des mesures déjà prises en France

En France, la propagation de ce nouveau virus est prise au sérieux. « La vigilance vient d’être déclenchée en France », a confirmé Santé publique France au journal Le Parisien ce mardi.

Les médecins sont désormais invités à orienter les patients « présentant une infection respiratoire aiguë, quelle que soit sa gravité, ayant voyagé ou séjourné dans la ville de Wuhan en Chine dans les 14 jours précédents la date de début des signes cliniques ou ayant eu un contact étroit avec une personne tombée malade dans cette ville », vers le SAMU ou « un infectiologue référent ».

« On pense que sa source est d’origine animale »

Concernant l’origine du virus, « il est à 80 % identique au Sras » a détaillé Arnaud Fontanet virologue à l’institut Pasteur/Cnam, au quotidien francilien. « On pense que sa source est d’origine animale, mais lequel précisément, on ne sait pas encore ».

De leur côté, les autorités américaines ont déjà pris des mesures lorsque des voyageurs qui arrivent de Wuhan, à Los Angeles ou San Francisco notamment. Des agents prennent leur température. « C’est tout sauf infaillible, surtout si la durée d’incubation s’avère assez longue », a réagi Arnaud Fontanet.