Oise : Il crache sur les pompiers, frappe les gendarmes et écope de 17 mois de prison ferme


Illustration. (PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP)

Un trentenaire s’en est pris aux pompiers qui étaient venus pour le soigner, puis aux gendarmes qu’il a menacés et frappés.


Samedi après-midi, les pompiers et les gendarmes de l’Oise ont été confrontés à un homme de 36 ans, ivre et devenu incontrôlable. Tout a débuté en pleine période de confinement, lorsque le trentenaire s’est fait expulser à coup de poing de l’anniversaire d’un ami à Noailles.

Durant la fête, il s’en était pris à un autre convive, rapporte Le Parisien. Cet ami a tout de même pris le soin d’appeler les pompiers, pour qu’ils le prennent en charge. Lorsque les secours sont arrivés sur place, ils ont constaté la présence de Romaric Hauke sur un banc, visiblement alcoolisé.

Il insulte les pompiers et leur crache dessus

Alors qu’il était calme, son comportement a basculé du tout au tout. Sans raison apparente, il s’est mis à insulter les pompiers qui ont fait preuve d’un grand sang-froid face à cet homme ivre. En cette période de crise sanitaire, ils lui ont tendu un masque mais le trentenaire l’a déchiré, puis il a poussé un pompier et lui a craché dessus.

Alertés, les gendarmes sont intervenus à leur tour. Loin de se calmer à la vue des uniformes, Romaric Hauke a redoublé d’insultes à leur encontre. Il les a aussi menacés de « leur mettre une bastos » ou de « brûler la brigade », dira Tania Moulin, la présidente du tribunal correctionnel de Beauvais, où se tenait son procès ce lundi.


Lors de son interpellation, le trentenaire a tenté de mordre un militaire avant de lui porter un coup de pied. Il a également essayé de donner plusieurs coups de tête aux gendarmes qui ont dû faire usage d’un pistolet à impulsion électrique.

17 mois de prison ferme

Lors de son jugement en comparution immédiate au terme de sa garde à vue, le prévenu, qui avait retrouvé ses esprits, a assuré qu’il ne se souvenait de rien. Une ligne de défense qui n’a pas convaincu le tribunal, d’autant que le trentenaire avait déjà été condamné à six reprises par le passé.

À l’audience, était présente la commandante Karine Duchaussoy, venue représenter les pompiers de l’Oise. « Nous sommes en pleine crise sanitaire. […] c’est impensable de mettre ainsi la santé des pompiers en péril » a-t-elle déploré, faisant référence au masque déchiré et au crachat contre ses effectifs.

Le prévenu a finalement écopé d’une peine de 17 mois de prison ferme, comprenant la révocation d’un sursis de 5 mois. La sanction a été assortie d’un mandat de dépôt qui l’a conduit directement derrière les barreaux.