Paris : Le parquet ouvre une enquête sur des dîners clandestins où des ministres sont accusés d’avoir participé


Illustration. (shutterstock)

Dans un reportage de la chaîne M6, un homme affirme avoir dîné dans des restaurants clandestins « avec un certain nombre de ministres ». Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé avoir saisi le préfet de police de Paris, pour faire la lumière sur l’exactitude de ces faits. Ce dimanche soir, le parquet de Paris a quant à lui annoncé l’ouverture d’une enquête pénale.


Le sujet proposé par M6 ce vendredi soir a fait grand bruit. Les journalistes de le chaîne se sont introduits en caméra caché dans un restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers de Paris. Sur ces images, on aperçoit des serveurs et des clients sans masque, dans un lieu clos. Caviar, champagne… Des menus « à partir de 160 euros » et qui vont « jusqu’à 490 euros » y sont proposés.

Dans un autre restaurant ouvert illicitement, il est possible de voir des personnes qui se font la bise. « Une fois que vous passez la porte il n’y a plus de COVID », lâche un employé de l’établissement. « C’est un club privé ».

Dans ce reportage, un homme présenté comme un « collectionneur renommé » proche des stars, prend la parole : « J’ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont justement des restaurants soi-disant clandestins, avec un certain nombre de ministres. Alors ça me fait doucement rigoler ». Une déclaration qui n’est pas passée inaperçue.

Des invitations sur Instagram

Ce dimanche, de nombreux internautes pointent du doigt le collectionneur Pierre-Jean Chalençon. L’un d’entre eux affirme sur Twitter avoir reconnu le Palais Vivienne, un établissement situé dans le IIe arrondissement de Paris, dans lequel il dit avoir travaillé.

Les posts Instagram du chef Christophe Leroy ont également été publiés sur les réseaux sociaux. L’homme proposait notamment un moment d’exception au Palais Vivienne pour le 1er avril, « un dîner soirée », « à partir de 17h45 autour d’un menu caviar & champagne ». D’autres invitations étaient visibles sur le réseau social mais les publications ont été retirées ces dernières heures.

Trois ministres réagissent

« Il n’y a de passe-droit pour personne et je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres s’il est si bien informé que cela », a lancé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, au micro du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro ce dimanche midi. « Si des ministres ou des députés ont enfreint les règles, il faut qu’ils aient des amendes et qu’ils soient pénalisés, comme n’importe quel citoyen », a appuyé de son côté Marlène Schiappa, la ministre déléguée à la Citoyenneté, invitée du Grand rendez-vous Europe1-Les Echos-CNews.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a lui demandé ce dimanche après-midi « au Préfet de police de Paris de vérifier l’exactitude des faits rapportés afin, s’ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners clandestins ».

La préfecture de police de Paris a annoncé peu après l’ouverture d’une enquête « pour identifier tous les organisateurs et les participants à ces soirées clandestines qui se tiennent au mépris des restrictions sanitaires en vigueur ».

Enquête ouverte par le parquet

En début de soirée, le procureur de la République de Paris Rémy Heitz, cité par franceinfo, a annoncé qu’il avait « saisi ce jour la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d’une enquête des chefs de mise en danger d’autrui et de travail dissimulé ». Cette enquête « aura pour objectif de vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants ».