Paris : Les policiers découvrent plus de 28 000 masques chirurgicaux dans une boutique de téléphonie


Illustration. (Adobe Stock)

Trois personnes ont été interpellées à Paris dans le Xe arrondissement ce jeudi. Après avoir surpris une vente illégale de masques, les policiers en ont découvert plus de 28 000 dans une boutique de téléphonie.

Un simple contrôle ainsi que le savoir-faire des policiers ont permis de faire une importante découverte de masques, qui étaient vendus en toute illégalité à Paris. L’affaire début vers 16 heures ce jeudi lorsqu’une patrouille de police a arrêté une voiture qui venait de franchir un feu rouge, rue Lucien Sampaix (Xe).

L’homme au volant qui se trouvait avec son frère à bord, a indiqué aux policiers qu’il était pressé car il avait un rendez-vous avec une personne rencontrée sur Facebook, à qui il doit acheter des masques chirurgicaux.

Les fonctionnaires ont laissé repartir ces deux frères de 28 et 24 ans originaires de Seine-Saint-Denis et ont prévenu dans le même temps leurs collègues de la Brigade anticriminalité (BAC), qui travaillent en civil, afin qu’ils puissent les suivre discrètement.

50 masques vendus au prix de 40 euros

Le véhicule des deux hommes s’est peu après arrêté face au numéro 25 de cette même rue. Ils ont alors frappé à la porte d’une boutique de téléphonie. Un individu en est sorti et leur a remis un sac contenant 50 masques contre la somme de 40 euros.


Les policiers de la BAC qui se trouvaient à proximité sont intervenus et ont interpellé les trois hommes. Le vendeur s’est opposé à son arrestation. Âgé de 34 ans et domicilié dans le Val-d’Oise, il est employé dans cette boutique de téléphonie.

Les trois hommes placés en garde à vue

Une perquisition a été réalisée dans l’établissement et a permis la découverte de 14 cartons qui contenaient 28 400 masques chirurgicaux.

Les trois hommes ont été placés en garde à vue. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour des faits de pratique commerciale trompeuse et refus de déférer à une requête administrative. Les masques de protection respiratoire ont en effet été requestionnés par l’État le 3 mars dernier.