Paris : Pillages, voitures incendiées et affrontements avec la police en marge du match PSG-Bayern


Des magasins ont été pillés, des voitures incendiées aux abords des Champs-Élysées, dans la nuit de dimanche à lundi, en marge du match de football PSG-Bayern. (capture vidéo Remy Buisine)

148 interpellations ont été opérées par les policiers déployés en marge de la finale de la Ligue des champions de football, qui a opposé le PSG au Bayern Munich, qui s’est tenue ce dimanche soir.

Les casseurs ont pris possession des lieux durant quelques heures, dans la nuit de dimanche à lundi, sur les Champs-Élysées et ses alentours à Paris. Alors que la plupart des supporteurs du PSG avaient quitté le quartier après la défaite de leur club face (1-0) face au Bayern Munich, le secteur a été le théâtre de violences urbaines et de pillages.

Des voitures ont été retournées et incendiées, des commerces dont des bijouteries ont été saccagés et pillés, des vitrines brisées. Plusieurs groupes de jeunes très mobiles ont harcelé les forces de l’ordre. Les policiers ont été visés par des jets de bouteilles en verre, de projectiles divers, et de mortiers d’artifice.

16 blessés chez les forces de l’ordre

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a dénoncé « la sauvagerie de certains délinquants » et indiqué que « 16 agents des forces de l’ordre » ont été blessés, « 12 magasins attaqués, une quinzaine de véhicules dégradés ».

Des images du journaliste Remy Buisine montrent les stigmates des actes de pillage et de vandalisme commis notamment dans les rues adjacentes aux Champs-Élysées. Les casseurs ont particulièrement jeté leur dévolu sur la rue François 1er (VIIIe).

Ce lundi matin, l’heure est au bilan. La préfecture de police a indiqué que les forces de l’ordre avaient pu interpeller 148 individus à Paris « notamment pour dégradations, violences ou jets de projectiles sur les forces de l’ordre ».

Avant et pendant le match, des bars et des restaurants du quartier des Champs-Élysées et aux abords du Parc des Princes à la Porte Saint-Cloud ont été pris d’assauts par les clients. Faisant fi des règles de sécurité sanitaires, ils ont été fermés. Au total 404 verbalisations pour non-respect du port du masque ont été enregistrées.