Paris : Un dealer de 15 ans passe aux aveux, il est remis en liberté sans poursuite


Illustration (Adobe Stock)

Les policiers du commissariat du 17e arrondissement ont démantelé un trafic de drogue après plusieurs semaines de surveillance. Quatre individus ont été interpellés dont un mineur. Malgré le fait que ce dernier soit passé aux aveux face aux éléments le mettant en cause, il n’a fait l’objet d’aucune poursuite. Deux autres suspects ont quant à eux été écroués.

C’est au cours de leurs patrouilles que les policiers de la brigade territoriale de contact (BTC) du 17e ont remarqué qu’un trafic de drogue s’était implanté dans le secteur de la rue Curnonsky, à proximité du périphérique parisien et de la commune de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Durant le mois de septembre, des opérations de surveillance ont été réalisées et ont permis d’identifier une dizaine de suspects. Quatre d’entre eux ont attiré l’attention des forces de l’ordre. « Ils ont été vus et photographiés par les policiers durant des transactions ou lors de transferts de l’argent récolté », détaille une source proche de l’enquête. « Le secteur de la rue Curnonsky est l’un des secteurs de deal parisien ayant été référencé dans le plan ministériel de lutte contre les trafics de stupéfiants. Un plan qui a pour objectif de démanteler ces trafics et de faciliter la présentation des auteurs à la justice ».

Les quatre suspects de 21, 20 et 15 ans ont été interpellés ce mercredi 29 septembre avant d’être placés en garde à vue. Lors des perquisitions, les policiers ont saisi près de 800 euros ainsi que du matériel pour conditionner la drogue, des balances, des grinders à herbe, et de nombreuses carte SIM. Une façon bien connue de compliquer le travail de téléphonie des policiers. Une petite quantité de cannabis a aussi été découverte ainsi que deux chéquiers qui avaient été volés.

Face aux éléments qui lui ont été présentés par les enquêteurs du 17e, notamment des photos le montrant en train de vendre des produits stupéfiants, l’adolescent de 15 ans est passé aux aveux. Ce dernier présentait des blessures aux visages au moment de son interpellation. « Il a été violemment passé au tabac deux jours plus tôt, par plusieurs dealers, après avoir perdu un peu de drogue », précise cette même source. « Il a reconnu qu’il gagnait une cinquantaine d’euros par jour et qu’il n’allait plus au lycée depuis quelques semaines ».

Les trois autres suspects ont nié les faits, malgré les éléments montrant leur implication ou leur présence durant les opérations de surveillance, ainsi que le résultat des perquisitions. Les deux leaders de ce trafic de 21 et 20 ans ont été déférés avant d’être placés en détention provisoire. Le troisième mis en cause âgé de 20 ans n’a finalement pas fait l’objet de poursuites. « Les investigations ont montré qu’il n’avait pas eu un rôle déterminant. Il est néanmoins poursuivi concernant les deux chéquiers volés », confie cette même source.

« Il repart du commissariat en se disant qu’il n’a finalement rien fait de grave »

Quant à l’adolescent qui a reconnu les faits, il a lui aussi été laissé libre au terme de sa garde à vue, vendredi 1er octobre, sans poursuites. « Le parquet a estimé que les faits n’étaient pas assez importants pour qu’une procédure soit lancée à son encontre, il ne fera donc l’objet d’aucune sanction », ajoute cette source.

« Le problème c’est qu’il repart du commissariat en se disant qu’il n’a finalement rien fait de grave », observe un officier de police judiciaire parisien expérimenté. « Il ne serait donc pas surprenant qu’il poursuive son activité, délaissant son parcours scolaire, et qu’il soit de nouveau interpellé pour des faits similaires d’ici peu. Les mineurs sont souvent recrutés par les trafiquants car ils savent qu’ils risquent beaucoup moins gros face à la justice. C’est ici un nouvel exemple ».