Paris : Un homme armé d’un sabre attaque des migrants dans un parc, deux blessés

Deux tentes sur le pont de Bercy à Paris (12e). (Illustration/GiulianiBruno/shutterstock)

Deux migrants ont été attaqués par un homme armé d’un sabre ce mercredi matin dans le parc de Bercy à Paris (XIIe). Les deux victimes ont été transportées à l’hôpital, l’une était plus grièvement blessée. L’agresseur présumé de 68 ans a été interpellé et placé en garde à vue.

L’homme serait venu avec l’intention de s’en prendre très violemment à des migrants dans le parc de Bercy, situé à proximité de l’AccorHotels Arena. Peu avant 8 heures, le suspect de 68 ans est arrivé avec un katana à la main (un sabre japonais, ndlr). Il aurait d’abord dégradé six tentes de migrants avec son arme blanche, puis a attaqué deux d’entre eux qu’il a blessés. Le sexagénaire a été désarmé puis frappé par les victimes décrit une source policière.

L’une des victimes a été touchée au niveau du dos, sans gravité. Elle a été amenée à l’hôpital. La seconde présentait une importante plaie à une cuisse. Cette dernière a été évacuée à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (XIIIe) en état d’urgence absolue. Le pronostic vital des deux hommes n’est toutefois pas engagé. L’un a déclaré être un mineur originaire du Soudan, le second être âgé de 43 ans et venir d’Éthiopie.

« Cette fois, je serais condamné pour quelque chose »

L’agresseur présumé a été conduit à l’hôpital Saint-Antoine (XIIe). Déjà connu des services de police, il aurait déclaré avoir été condamné suite à une tentative de vol à son domicile commise par « des étrangers », affirmant qu’il s’est battu avec ces derniers. « Cette fois, je serais condamné pour quelque chose », aurait ensuite lâché le sexagénaire. L’enquête, ouverte pour tentative d’homicide volontaire, a été confiée au deuxième district de police judiciaire (DPJ) de la préfecture de police.

« L’agression intervient trois jours après le meeting de Zemmour. C’est le résultat d’une banalisation sans précédent de propos racistes », a réagi le maire adjoint (PCF) de Paris chargé du logement et de la protection des réfugiés, au Parisien. « Il est temps de prendre au sérieux la menace que représente cette banalisation du racisme dans tout le pays ».