Pays-Bas : La police est infiltrée par des gangs criminels, selon un rapport


Illustration. (Wikimedia)

Des dizaines de policiers ont été récemment suspendus pour avoir informé ou aidé des individus impliqués dans le grand-banditisme, au cours des dernières semaines.

Un rapport confidentiel confirme l’infiltration de la police néerlandaise par le crime organisé. Les nombreux cas actuellement traités ne seraient que « la partie émergée de l’iceberg ». Selon le syndicat NPD, la police n’a pas actuellement les moyens de traiter tous les cas recensés.

Les policiers d’origine immigrée sur-représentés

Un officier supérieur d’Utrecht (Pays-Bas), Nabil B., a été révoqué et fait l’objet de poursuites judiciaires car il travaillait à la solde de Ridouan Taghi, un important trafiquant de drogue. Ce dernier est accusé d’avoir organisé une série de règlements de compte meurtriers, avec une quinzaine de complices, rapporte le journal Algemeen Dagblad.

Un officier en charge de la province de Limbourg a été licencié pour « comportement suspect non professionnel », selon cette même source. Auparavant, trois de ses hommes avaient subi le même sort. Leurs agissements avaient été détectés lors d’une enquête sur quatre autres agents.

Amsterdam n’est pas en reste. La semaine dernière, un policier de 55 ans a été arrêté et suspendu pour des soupçons de corruption, notamment. Il s’agissait déjà de la septième suspension en peu de temps, uniquement pour Amsterdam. D’autres enquêtes du même type sont en cours.


Un rapport officiel alarmant

Selon un rapport du ministère de la Justice, les criminels sont plus susceptibles d’approcher les policiers issus de communautés d’immigrés, rapporte The Guardian.

Publié il y a deux ans, il pointe « l’implication relativement plus importante de certains groupes ethniques » dans des activités criminelles en raison des réseaux étendus et des relations complexes entre familles immigrées. Il précise qu’environ 40% des « atteintes à l’intégrité professionnelle » survenues dans la police concernaient des policiers d’origine immigrée, qui représentent 7% du personnel policier.

Une formation pour lutter contre la corruption

Plusieurs syndicats professionnels demandent qu’une formation soit mise en œuvre à destination des agents pour les aider à lutter contre les tentatives de corruption.

« Nos collègues sont approchés par des criminels. Cela se produit à tous les niveaux. Les agents doivent donc être formés pour gérer cela de manière responsable. Si des agents sont approchés, ils doivent pouvoir le signaler en toute sécurité à leur superviseur », a déclaré un porte-parole du NPD.