Perpignan : 1 800 doses de cocaïne saisies dans un appartement, 2 suspects dont un ado interpellés


Les policiers de la Sécurité publique de Perpignan ont saisi 1 800 doses de cocaïne et interpellé un adolescent, ce lundi. (photo DDSP66)

Les policiers de Perpignan (Pyrénées-Orientales) ont interpellé un dealer en flagrant délit, avant de mener une perquisition dans un appartement utilisé pour stocker la drogue. Un complice s’y trouvait et a été interpellé à son tour.

C’est une belle prise effectuée par les policiers de Perpignan, ce lundi à la mi-journée. Des fonctionnaires de la brigade anti-criminalité (BAC) ont procédé à de nombreuses surveillances d’un point de deal connu, situé dans la résidence HLM Bétriu, à quelques mètres de la Place Cassanyes.

Lorsqu’ils ont recueilli assez d’informations sur le trafic opéré sur place, un dispositif d’interpellation a été mis en œuvre. Un dealer, âgé de 17 ans, a été arrêté en flagrant délit lors d’une transaction. Il était en possession d’une « savonnette » de résine de cannabis, racontent les policiers sur leur page Facebook.

Il a été placé en garde à vue et une perquisition a été menée dans un appartement de la rue des Carmes servant au stockage de la drogue, préalablement repéré. Un autre suspect, pratiquement du même âge, a été interpellé dans ce logement.

Drogue, argent et livre de comptes saisis

Les enquêteurs ont découvert et saisi sur place 1 800 doses de cocaïne, contenant chacune 0,2 gramme de drogue et habituellement vendues 20 euros pièce. La marchandise est évaluée à environ 36 000 euros à la revente.


Ils ont également saisi des sachets d’herbe et plusieurs plaquettes de résine de cannabis, ainsi qu’un bloc de cocaïne qui n’était pas encore conditionné. Mais aussi de l’argent en espèces et du matériel nécessaire au conditionnement et à la gestion de ce business illicite, notamment un livre de compte et des balances de précision.

L’adolescent avait déjà été arrêté en octobre dernier sur le même point de deal, pour des faits similaires. Le second suspect faisait l’objet d’une fiche de recherche émise par le tribunal de Limoges. Une procédure incidente a été ouverte le concernant.