Piétons traînés par un conducteur à Noisy-le-Sec : deux suspects écroués, un troisième s’est rendu

Illustration (Adobe Stock)

Un troisième suspect a été placé en garde à vue dans l’affaire des piétons traînés par un automobiliste, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), ce dimanche. Il a été placé en garde à vue. Les deux premiers suspects ont quant à eux été mis en examen et écroués ce jeudi.

Après la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux, montrant un homme au volant qui traîne deux piétons dans les rues de Noisy-le-Sec, les investigations se poursuivent. L’homme que l’on aperçoit sur cette séquence, assis à l’arrière de la voiture, s’est présenté à la police ce jeudi. Il a été placé en garde à vue à son tour.

Dans le même temps, les deux suspects qui avaient été placés en garde à vue en début de semaine – le conducteur du véhicule et l’un de ses passagers – ont été déférés devant un juge d’instruction. Le chauffeur a été mis en examen pour « violences volontaires ayant entraîné une interruption temporaire de travail (ITT) supérieure à 8 jours » (l’une des victimes s’étant vu attribuer pas moins de 45 jours d’ITT, ndlr), « en réunion avec arme et avec préméditation », et pour « conduite malgré la suspension de son permis de conduire ».

Le second suspect a quant à lui été mis en examen pour complicité de ces mêmes faits « en récidive », ainsi que pour « diffusion d’images relatives à la commission d’une infraction ».

Deux plaintes

Deux victimes ont déposé plainte dans ce dossier. L’un, bien connu à Noisy-le-Sec, se nomme Ali. Il est âgé de 67 ans. Dimanche matin, il a croisé la route des mis en cause qui lui ont demandé une cigarette. Le sexagénaire a accepté de leur en donner une. C’est à ce moment-là qu’il a été agrippé par le bras et trainé, jusqu’à chuter lourdement. Il souffre d’une fracture à l’épaule et à un pied. La victime a affirmé au Parisien qu’on lui a proposé la somme de 1000 euros pour qu’elle retire sa plainte. « Je me méfie des représailles maintenant », a-t-il confié.

Le deuxième homme que l’on aperçoit sur la vidéo amateur ne s’est pas présenté aux policiers pour l’heure. Une femme a néanmoins déposé plainte pour des faits similaires, commis le même jour.