Policier tué à Avignon : la femme venue acheter de la drogue au moment du drame témoigne


Une policière municipale dépose des fleurs à l'endroit où le policier Éric Masson a été tué ce mercredi, à Avignon. (photo Angélique Surel/PhotoPQR/Le Dauphiné/Maxppp)

La femme qui était venue se procurer de la drogue au moment où le policier Éric Masson a été tué par balles à Avignon (Vaucluse), a raconté les moments qui ont précédé le drame. Sa garde à vue a été levée ce vendredi et aucune charge n’a été retenue à son encontre.

Elle est l’une des seules témoins du meurtre de ce policier à Avignon, mercredi en fin de journée. Cette femme de 58 ans venait acheter du produit stupéfiant sur un point de deal, dans la rue des Teinturiers, au moment des faits. Elle raconte à BFMTV qu’elle était sortie « chercher des bières » lorsqu’elle a vu des jeunes et leur a demandé s’il y avait « quelque chose à fumer ».

Les jeunes lui ont demandé de patienter, en attendant le dealer. « J’ai descendu la rue » et le dealer « m’a donné un truc », dit-elle. « D’un coup, un jeune a crié pour dire que la police était là et ils se sont tous envolés ».

C’est alors qu’Éric Masson, qui avait son brassard police dit-elle, est arrivé et a questionné l’acheteuse qui venait de se procurer de la drogue. « Vous savez pourquoi je vous arrête ? », lui a demandé le policier. Elle affirme avoir tout de suite compris et avoir répondu « oui », avant de remettre la drogue au fonctionnaire, qui a rigolé car « c’était mal servi ».

« Qu’est-ce que tu as à vendre ? »

C’est alors que deux individus sont arrivés, « pour voir ce qu’il se passait », raconte-t-elle. « Étant donné qu’ils me connaissent de vue, je pense qu’ils ont dû se dire que je faisais une transaction », ajoute cette femme. « Qu’est-ce que tu as à vendre ? », ont demandé les deux hommes au policier. « Attends, j’arrive », lui a répondu Éric Masson, selon le récit de la consommatrice, qui s’est ensuite éloignée.

Elle a ensuite entendu des coups de feu et a compris qu’un drame venait de se produire. « Je ne sais pas pourquoi il [le tireur] a fait ça », affirme-t-elle. Une chose est sûre, le tueur n’est pas le dealer qui venait de fournir de la drogue à cette femme. Ce dernier, tout comme son complice, sont toujours activement recherchés par les enquêteurs.

Un hommage rendu à Éric Masson ce dimanche

Un hommage a été rendu au policier de 36 ans ce dimanche après-midi, devant le commissariat d’Avignon. Éric Masson était père de deux filles de 5 et 7 ans. Une cagnotte en ligne a été ouverte pour venir en aide à sa famille et ses proches, vous pouvez y accéder ici.