Prise d’otages à Paris : les deux femmes libérées, l’auteur interpellé

Les policiers ont passé la nuit sur les lieux de la prise d'otage, avant que l'auteur soit interpellé ce mardi matin. (Ph. Lavieille/PhotoPQR/Maxppp)

INFO ACTU17. Un homme de 56 ans retenait deux femmes en otage dans un commerce du 12e arrondissement de Paris, rue d’Aligre, depuis 15h15 ce lundi selon nos informations. L’une des otages a été libérée dans la soirée, la seconde ce mardi matin. Il n’y a pas de blessé, l’auteur a été interpellé.

18h00. Le preneur d’otage a été hospitalisé d’office à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (IPPP). Des examens permettront de déterminer si le mis en cause peut être tenu responsable de ses actes, devant la justice. La police judiciaire est chargée de l’enquête ouverte pour « séquestration avec pluralité de victimes, avec libération volontaire ».

08h20. « Le preneur d’otage a été interpellé. Il n’y a pas de blessé », annonce le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui remercie les policiers pour leur intervention. L’auteur, originaire de Tunis et âgé de 56 ans, connu pour ses troubles psychiatriques ainsi que des services de police, affirmait avoir été victime d’une tentative d’empoisonnement comme l’a révélé Actu17 et disait qu’il voulait être reconnu comme victime à ce titre. L’homme, qui vit dans un foyer du XIe arrondissement, devrait faire rapidement l’objet d’un examen de comportement afin de déterminer si son état de santé est compatible avec une garde à vue.

Les deux otages étaient la gérante du magasin « Go shop » âgée de 53 ans dans lequel les faits se sont déroulés, ainsi que sa fille de 23 ans. Elles sont saines et sauves. Les négociateurs de la BRI « ont, tout au long de la nuit, conduit des discussions ayant permis cet heureux dénouement », a indiqué le préfet de Police, Didier Lallement ce mardi matin.

01h30. Le preneur d’otage retient toujours une seconde personne et le dispositif de police reste donc en place. Les négociations se sont poursuivies ces dernières heures, sans aboutir, à ce stade, à une reddition de cet homme de 56 ans.

21h45. L’une des otages a été libérée. Cette dernière est « indemne » précise la préfecture de police. Les négociations sont toujours en cours avec le preneur d’otage de 56 ans.

16h20. Un large périmètre de sécurité a été mis en place dans la rue d’Aligre à Paris (XIIe). Un homme armé d’un couteau retient deux femmes en otage dans un commerce situé au numéro 21, un bazar-droguerie nommé « Go Shop ». Les hommes de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Paris sont sur place. Leurs collègues du groupe de soutien opérationnel (GSO) parisien sont également sur les lieux. Des négociations sont en cours.

L’auteur de 56 ans, qui serait tunisien et qui vit dans un foyer du 11e arrondissement, est connu pour souffrir de troubles psychiatriques. Il a déclaré qu’il voulait parler au ministre de la Justice Éric Dupont-Moretti, affirmant avoir été « victime d’une tentative d’empoisonnement » toujours selon nos informations. Une enquête a été ouverte notamment du chef de « séquestration » et confiée au commissariat du 12e arrondissement a précisé le parquet de Paris.

« Le ministre de la justice a fait savoir aux négociateurs qu’il se tenait à leur disposition », a indiqué le ministère de la Justice. D’après franceinfo, le preneur d’otages a été mis en relation, à sa demande, avec l’avocate qui défend Omar Raddad, Sylvie Noachovitch. Il souhaiterait être défendu par cette dernière ainsi que par l’actuel garde des Sceaux et ancien avocat, Éric Dupond-Moretti.

Le Premier adjoint au maire Emmanuel Grégoire confirme la prise d’otages en cours. « Évitez le secteur et suivez les consignes de la préfecture de police », demande l’élu.

La préfecture de police de Paris évoque « une présomption de prise d’otage » et demande d’« éviter le secteur ».