Radicalisation : 25 personnes ont été écartées du concours de surveillant pénitentiaire en 2018


Nicole Belloubet le 28 août 2019. (©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Maxppp)

Interrogée par RTL ce jeudi matin, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a évoqué le phénomène de radicalisation au sein de l’administration pénitentiaire.

Nicole Belloubet a d’abord expliqué qu’une vingtaine de personnes avaient été écartées du concours de surveillant pénitentiaire l’an passé. « Un criblage » est réalisé lorsque les candidats passent « les épreuves d’admissibilité » a détaillé la ministre de la Justice.

« Nous regardons si ces personnes sont inscrites dans un certain nombre de fichiers, si tel est le cas, elles ne sont pas autorisées à passer les épreuves d’admission. L’année dernière, nous avons ainsi éloigné 25 personnes de ces concours pour éviter qu’il y ait des recrutements qui ne correspondent pas aux exigences que nous souhaitons », a déclaré Nicole Belloubet.

Cinq personnes écartées de l’administration pénitentiaire depuis le début de l’année

En outre, un renseignement pénitentiaire a été mis en place « depuis deux ou trois ans ». « Lorsque nous avons des signalements, nous effectuons des enquêtes qui peuvent conduire à nous séparer d’un certain nombre de personnes », a-t-elle ajouté.

En 2019, cinq personnes ont été écartées de l’administration pénitentiaire a aussi précisé la garde des Sceaux.