Radicalisation islamiste : 287 signalements d’agents publics, dont 110 dans la police nationale


Christophe Castaner le 19 avril 2019. (photo Frederic Legrand/COMEO/Shutterstock)

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré ce jeudi que « 287 signalements » pour radicalisation islamiste « d’agents publics » ont été enregistrés, depuis l’attentat commis à la Préfecture de Police de Paris.

Christophe Castaner a annoncé ces chiffres qui concernent les signalements d’agents publics au « sens large » reçus par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis le 3 octobre dernier.

Le ministre, qui était auditionné par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les dysfonctionnements ayant conduit à l’attaque de la Préfecture de Police, a souligné qu’un « signalement de radicalisation était une suspicion », précisant si besoin en était qu’une « suspicion ne valait pas radicalisation ». Christophe Castaner a ajouté que « l’essentiel » de ces signalements avait été classés sans suite.

110 cas signalés dans la police nationale

Concernant la police nationale, le ministre a fait état de « 110 cas signalés » pour radicalisation islamiste depuis le 3 octobre. Sur ce total, « 73 cas ont été classés » et « 2 agents ont été écartés », a-t-il indiqué.