Rassemblement lors d’un match de football à Strasbourg : appel à un dépistage massif du Covid-19


Près de 400 personnes se sont réunies dimanche pour assister à un match de football à Strasbourg. (capture vidéo DR)

Suite au match de football inter-quartiers qui s’est tenu ce dimanche à Strasbourg, la préfecture du Bas-Rhin et l’Agence régionale de santé (ARS) demandent aux participants et aux spectateurs de venir se faire dépister au Parlement européen. Les autorités craignent l’apparition d’un nouveau foyer épidémique.

« Ce n’est pas un piège », assure Josiane Chevalier, préfète du Bas-Rhin. « Notre sujet numéro un est sanitaire », a-t-elle souligné.

La préfecture du Bas-Rhin et l’Agence régionale de santé ont appelé, ce mardi, les personnes présentes au rassemblement qui s’est tenu lors d’un match de football entre deux quartiers de Strasbourg, dimanche, à se faire dépister massivement pour éviter un nouveau foyer épidémique.

Cet appel intervient dans un contexte où le Bas-Rhin a déjà payé un lourd tribut à l’épidémie de Covid-19 avec plus de 1 000 décès recensés, et alors que la région Grand Est est toujours classée « rouge ».

Ces personnes pourront se présenter anonymement, à partir de jeudi, au centre de dépistage installé au Parlement européen pour être dépistées au Covid-19, sans rendez-vous, ni consultation préalable, rapporte le quotidien régional Les Dernières Nouvelles d’Alsace.


Les autorités impuissantes à faire cesser le trouble

De 300 à 400 personnes se sont réunies, dimanche en fin d’après-midi, au stade Paco-Mateo, dans le quartier des Poteries à Strasbourg. C’est à la suite d’un appel lancé sur les réseaux sociaux que les spectateurs s’y sont rassemblés pour assister à un match de football, alors que les autorités interdisent tout rassemblement de plus de 10 personnes.

Ce jour-là, les policiers municipaux s’étaient rendus sur place, mais n’avaient pas pu interrompre le rassemblement.

Adeline Jenner, déléguée territoriale de l’ARS, a invité toutes les personnes ayant participé à cette manifestation sportive à porter un masque, à bien se laver les mains et ne pas avoir de contacts physiques. « Il est important qu’ils comprennent que leur comportement dans les prochains jours est de nature à sauver des vies », a-t-elle ajouté.

Une enquête visant à identifier ses organisateurs

Aucune interpellation n’a eu lieu, quant à présent, dans le cadre de l’enquête en cours pour la violation de l’arrêté de fermeture des stades.

Yolande Renzi, procureure de la République de Strasbourg, « souhaite identifier non pas chacun des participants, mais identifier les organisateurs principaux et toutes le complicités dont ils auraient pu bénéficier pour permettre un tel rassemblement ».

Les responsables encourent jusqu’à 6 mois de prison et 7 500 euros d’amende. « Ce match a donné un mauvais signal », a déclaré la préfète du Bas-Rhin. Ces dernières 24 heures, plusieurs groupes de 20 à 30 jeunes ont dû être dispersés par la police.