Reims : De nombreuses dégradations et des débordements durant la manifestation des Gilets jaunes


(capture écran vidéo Line Press)

La manifestation des Gilets jaunes à Reims (Marne) pour l’acte 27 a été le théâtre de débordements et de nombreuses dégradations ce samedi. La ville avait pourtant été épargnée par ce type d’incidents jusqu’ici.

Alors que les autres manifestations en France n’ont pas fait l’objet de débordements majeurs, celle de Reims a sombré dans la violence.

La préfecture a indiqué que 1000 personnes avaient défilé ce samedi dans cette commune, suite à un appel national, dont 80 à 100 black blocs. Par ailleurs, la manifestation n’avait pas été déclarée. Les médias locaux ont de leur côté avancé un chiffre de près de 2000 participants.

Les locaux de France Bleu Champagne-Ardenne dégradés

Les dégradations ont été multiples. Un kiosque en bois a notamment été incendié et de nombreuses vitrines ont été brisées, notamment celle du magasin Adidas où des individus se sont introduits. Les locaux de la radio France Bleu Champagne-Ardenne ont été vandalisés par des casseurs.

Plusieurs feux ont aussi été allumés.


Les forces de l’ordre dont les policiers municipaux faisaient partie, ont répliqué par des moyens lacrymogènes et des tirs de lanceur de balles de défense (LBD 40) comme le montrent les images de Line Press.

12 interpellations

« Je tiens à exprimer ma colère et mon indignation face au comportement des casseurs présents lors de la manifestation des Gilets jaunes de cet après-midi », a écrit le maire de Reims, Arnaud Robinet, sur Facebook. « Rien, aucune revendication ne peut légitimer une telle violence », a-t-il notamment ajouté.

Franck Riester, le ministre de la Culture a également réagi sur Twitter, après les dégradations des locaux de France Bleu Champagne-Ardenne. « Insupportable attaque contre les locaux de France Bleu Champagne. Ceux qui se livrent à ces actes sont des ennemis de la démocratie. Une seule réponse : la fermeté ! ».

Au total, ce sont 12 personnes qui ont été interpellées par les forces de l’ordre.