Reims : Un photographe de presse agressé à Croix-Rouge, il est dans un état grave

Un photographe a été agressé dans le quartier Croix-Rouge de Reims. (Google view)

Un photographe de presse travaillant pour le quotidien L’Union a été violemment agressé à Reims (Marne) ce samedi après-midi. Il aurait été pris pour cible par un groupe de jeunes armés. La victime a été transférée à l’hôpital, elle est grièvement blessée.

Les circonstances de cette agression ne sont pas encore clairement établies. Ce qui est certain, c’est qu’un photographe du journal L’Union a été grièvement blessé ce samedi après-midi alors qu’il se trouvait dans le quartier Croix-Rouge à Reims. Ce dernier a reçu un projectile au niveau de la tête précise le quotidien, qui mentionne que le pronostic vital de la victime est engagé. Le parquet a ouvert une enquête pour tentative de meurtre qui a été confiée à la sûreté départementale.

Vers 14h30, une information disant qu’un homme venait d’être blessé par balle dans le quartier Croix-Rouge a circulé. Les policiers se sont déplacés à proximité du restaurant Quick et ont appris qu’il s’agissait en fait d’une rumeur racontent nos confrères. Il n’y avait aucun blessé.

Peu après, une trentaine de jeunes munis de barres de fer et de club de golf sont arrivés. C’est à ce moment-là que la victime a été prise pour cible.

« Pas d’informations précises sur ce qui s’est passé »

Le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, cité par Le Figaro, se montre quant à lui plus prudent concernant le déroulement des faits. « Il semblerait qu’il [le photographe] était présent pour des raisons professionnelles et qu’il semblait couvrir des regroupements de jeunes. Le reste des circonstances est encore inconnu et mérite d’être clarifié ».

« Les forces de l’ordre étaient sur place, avaient identifié des mouvements de jeunes, dont certains portaient des battes de base-ball, et des renforts avaient été appelés », a expliqué pour sa part, le préfet de la Marne Pierre N’Gahane, ajoutant que les autorités n’avaient pour l’heure « pas d’informations précises sur ce qui s’est passé, s’il a reçu des coups ou un projectile. Mais il était au sol, saignait au niveau des oreilles ».

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a réagi sur Twitter à cette affaire. « Mes pensées accompagnent le photo-journaliste grièvement blessé dans le cadre de son travail à Reims », a-t-il écrit. « Solidarité avec la rédaction de L’Union Ardennais et l’ensemble de la profession. La police nationale est pleinement mobilisée pour identifier et interpeller les auteurs ».

« Ce ramassis de vauriens qui pourrissent la vie de nos quartiers »

Le maire de Reims, Arnaud Robinet, a dénoncé sur Facebook « l’ignominie d’un tel acte ». « Je veux exprimer mon ras-le-bol devant ce ramassis de vauriens qui pourrissent la vie de nos quartiers. Leur place est en prison le plus vite possible et les parents doivent faire face à leur responsabilité si ces sauvages sont des mineurs. J’ai pu échanger avec le ministre de l’intérieur sur la situation », a ajouté l’élu.