Rennes : Accusé d’avoir violé 2 femmes en l’espace de 3 semaines, un homme mis en examen et écroué


Deux femmes ont été violées en pleine rue à proximité de la tour Les Horizons à Rennes. (capture écran Google view)

Le mis en cause est également impliqué dans une troisième affaire de viol à Brest (Finistère). Il a été interpellé grâce au flair des policiers de la Brigade anticriminalité (BAC).

Un ressortissant afghan âgé de 29 ans est accusé d’avoir violé deux femmes en l’espace de trois semaines, en pleine rue, au même endroit : à Rennes (Ille-et-Vilaine) près de la tour les Horizons dans le quartier Bourg-l’Evesque relate France Bleu.

Le 24 novembre dernier, une jeune femme d’une vingtaine d’années est sortie fumer une cigarette en bas de l’immeuble. Il était 3 heures du matin. Un homme a alors surgi, l’a frappée avant de la faire chuter au sol et de la violer. Il a ensuite disparu.

La victime a immédiatement déposé plainte et une enquête a été ouverte. Les techniciens de la police scientifique sont parvenus à isoler l’ADN de l’agresseur. De leur côté, les enquêteurs ont obtenu un signalement précis de ce dernier.

Une autre femme violée au même endroit

L’enquête a pris un tournant le 15 décembre dernier lorsqu’une autre femme âgée d’une quarantaine d’années, a été violée vers 4 heures du matin, au même endroit.


Un témoin est arrivé au moment de l’agression et a mis en fuite l’auteur. Une plainte a été déposée par la victime et les enquêteurs ont récupéré de nouveaux éléments concernant l’agresseur.

Interpellé samedi matin

Ce sont les policiers de la BAC qui ont permis l’interpellation de l’auteur présumé de ces deux viols. Les fonctionnaires ont en effet repéré un individu suspect, correspondant aux descriptions du suspect recherché, ce samedi matin vers 4 heures. Conduit au commissariat, il a été confondu par son ADN.

Le mis en cause âgé de 29 ans a été déféré à l’issue de sa garde à vue, puis mis en examen et placé en détention provisoire. Les enquêteurs travaillent désormais dans le cadre d’une commission rogatoire. D’autre part, l’ADN du suspect a également été relevé sur une troisième femme, qui a elle aussi été violée, à Brest.