Rennes : Prison ferme pour le conducteur qui avait percuté un policier le soir de la finale de la CAN


Illustration. (Shutterstock)

Un Tunisien de 20 ans était au volant de sa voiture le soir de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN), le 19 juillet dernier, pour fêter la victoire de l’Algérie, à Rennes (Ille-et-Vilaine). Ce dernier a refusé de se soumettre à un contrôle de police et a percuté un fonctionnaire. Condamné à une peine de prison ferme, il a été écroué.

Le conducteur d’une voiture circulait à vive allure en klaxonnant ce vendredi soir, pour fêter la victoire de l’Algérie à la CAN, comme ce fut le cas dans de nombreuses villes de France. Alors qu’il se trouvait à proximité de la place de Bretagne, le chauffeur est tombé sur une patrouille de police gyrophare allumé, qui lui a ordonné de s’arrêter raconte Ouest-France.

L’homme a d’abord obtempéré mais a redémarré. Pris au piège, le conducteur a alors effectué une marche arrière, percutant le genou d’un policier, puis un arbre. Il a alors été interpellé et placé en garde à vue.

Il avait consommé des produits stupéfiants

Le prévenu âgé de 20 ans qui est un ressortissant tunisien a été jugé ce mardi par le tribunal correctionnel de Rennes pour « blessures involontaires avec une ITT (Incapacité totale de travail) égale à cinq jours, conduite sous l’emprise de stupéfiants, refus d’obtempérer et conduite dangereuse.

A la barre, il a expliqué que lorsqu’il s’était arrêté, la voiture était « partie ». « Une voiture ne recule pas toute seule, il faut encore enclencher la marche arrière », lui a répondu la présidente. Le prévenu a alors indiqué qu’un policier l’avait étranglé au commissariat. L’avocat du policier, Me Frédéric Birrien, a rappelé que l’examen médical du mis en cause n’avait montré aucune blessure.


5 mois de prison dont 3 avec sursis et un mandat de dépôt

Le prévenu âgé de 20 ans qui est arrivé en France à 16 ans et qui a trouvé un emploi en CDD, a été condamné par le tribunal correctionnel à une peine de 5 mois d’emprisonnement, dont trois mois avec sursis. Un mandat de dépôt a également été délivré. Le jeune homme dort en prison.