Rennes : Un appartement ciblé par une trentaine de tirs au pistolet-mitrailleur, une voiture incendiée


Une quinzaine d'impacts de balles ont été relevés après une salve de tirs, dans le quartier Maurepas à Rennes, ce mercredi matin. (photo Google)

Un appartement dans lequel se trouvaient une femme avec cinq enfants a été pris pour cible par des tireurs, ce mercredi matin à Rennes (Ille-et-Vilaine).


La façade d’un immeuble, situé au 8 allée de Maurepas à Rennes, a été criblé de balles. Façade, volets et cheminée supportent les stigmates d’une salve de tirs qui a eu lieu ce mercredi vers 7h45, rapporte Ouest-France. Une balle s’est aussi fichée dans la cuisine d’un voisin.

Des riverains ont assisté à cette scène ultra-violente. D’après un témoignage recueilli sur place, deux individus vêtus de noir et encagoulés ont fait irruption dans le quartier. L’un aurait été vu armé d’un pistolet-mitrailleur, l’autre d’un pistolet. Ils ont pris la fuite en voiture après avoir commis leur méfait.

Alertés, les policiers sont rapidement intervenus. Ils ont bouclé le périmètre pour procéder à des constatations et relever des indices qui pourraient permettre d’identifier les malfaiteurs.

Un appartement ciblé par les tireurs

Sur place, les enquêteurs ont retrouvé une trentaine de douilles au sol et ont relevé une quinzaine d’impacts sur la façade de l’immeuble. Des douilles ont également été retrouvées dans l’escalier du hall de l’immeuble. Par chance, aucun blessé n’est à déplorer.


D’après les premiers éléments de l’enquête, certains coups de feu auraient été tirés depuis un bosquet situé à une trentaine de mètres de l’immeuble, non loin du 4 allée de Brno. Plusieurs individus ont pris la fuite à bord d’une Citroën Saxo grise, précise France Bleu, qui a été retrouvée calcinée à Saint-Grégoire.

Un appartement du quatrième et dernier étage de cet immeuble a été ciblé. À l’intérieur, se trouvait une femme et cinq enfants. Certains habitants du quartier évoquent à demi-mot les trafics qui se tiennent dans ce quartier et des « problèmes » qui perdurent depuis des mois. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Rennes.