Roissy-en-Brie : Les policiers encerclés et agressés par une cinquantaine d’individus lors d’une interpellation


Illustration. (Jose Hernandez Camera 51/shutterstock)

L’intervention des policiers à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne) a été rendue difficile par une cinquantaine d’individus qui les ont violemment agressés. Les fonctionnaires qui venaient de repérer quatre individus à bord d’une voiture volée, ont essuyé des tirs de mortiers d’artifice et des jets de projectiles. Un suspect a pu être interpellé.

Une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC) a eu son attention attirée par une Renault Clio qui était stationnée sur l’avenue Auguste-Renoir. Ils ont constaté qu’il y avait quatre individus à l’intérieur qui écoutaient de la musique mais surtout que la voiture était signalée volée.

Avant d’intervenir, les policiers ont appelé du renfort, le quartier étant sensible. Trois équipages, l’un du groupe de sécurité de proximité (GSP), un second de la compagnie départementale d’intervention (CDI) et un troisième de la BAC, n’ont pas tardé à arriver. Mais les quatre suspects ont remarqué ce qui était en train de se préparer et ont pris la fuite en courant. Les forces de l’ordre ont rattrapé l’un d’entre eux, âgé de 18 ans, qui a été interpellé et placé en garde à vue pour recel de vol.

La situation s’est ensuite compliquée et les trois autres complices n’ont pas pu être retrouvés. Une cinquantaine d’individus se sont regroupés avant d’encercler les policiers et de leur jeter des projectiles, notamment des pierres. Une dizaine de grenades lacrymogènes ont été utilisées par les fonctionnaires pour se défendre. C’est ensuite des tirs de mortiers d’artifice qu’ils ont essuyés, comme c’est régulièrement le cas désormais en Île-de-France mais également dans de nombreux départements. Huit autres équipages de police sont arrivés sur place en renfort.

Un homme blessé par un tir de mortier d’artifice

Au cours des violences, un groupe d’individus est venu au contact des policiers et s’en sont pris à eux verbalement.Un tir de mortier d’artifice a alors explosé sur l’un des jeunes hommes âgé de 21 ans. Ce dernier souffre de dermabrasions au niveau de la joue ainsi que de forts acouphènes à une oreille. Le temps qu’il soit pris en charge par les secours, les policiers ont assuré sa protection et l’ont mis à l’abri étant donné qu’ils étaient toujours la cible de nombreux jets de projectiles. En plus des moyens lacrymogènes, quatre tirs de lanceur de balle de défense (LBD) ont été effectués par les policiers.

36 policiers au total sont intervenus et il n’y a pas de blessé à déplorer. La Clio volée a pu être enlevée peu après 21 heures, une fois que le calme était revenu dans le quartier. Une enquête a été ouverte.