Romans-sur-Isère : 3ème nuit de violences urbaines, une voiture volée projetée sur le mât d’une caméra de surveillance


Illustration Actu17 ©

Les forces de l’ordre ont été prises pour cible à Romans-sur-Isère près de Valence (Drôme), pour la troisième nuit de suite. Cette fois, un homme a projeté une voiture volée sur le poteau d’une caméra de surveillance. Il a été interpellé.


Tensions et violences dans le quartier de la Monnaie à Romans-sur-Isère dans la nuit de mercredi à jeudi, en plein couvre-feu lié au confinement. Déjà au cours de la soirée, les policiers ont été confrontés à des rodéos urbains.

Puis peu avant 2 heures du matin, les policiers municipaux ont repéré un homme au volant d’une Fiat Punto qui sortait à pleine vitesse de ce même quartier. Le véhicule avait été volé dans un garage vers 22 heures. Le conducteur a ensuite projeté la voiture sur le poteau d’une vidéo de surveillance.

Les policiers interpellent le conducteur et sont attaqués

Les policiers municipaux ont rapidement interpellé le chauffeur qui s’est rebellé. Ils ont alors été attaqués par une vingtaine d’individus. Ces derniers les ont caillassés. Dans le même temps, les agresseurs ont incendié la Fiat Punto volée. Plusieurs équipages de police nationale sont arrivés en renfort. Les émeutiers sont alors devenus plus nombreux, environ une quarantaine selon une source policière.

Les forces de l’ordre ont fait usage de leurs lanceurs de balles de défense (LBD 40) pour se défendre ainsi que d’une dizaine de grenades lacrymogènes, alors qu’ils étaient visés par des jets de projectiles mais aussi par des tirs de mortiers d’artifice.


Le conducteur de la voiture qui a pu être interpellé, a été placé en garde à vue. Ce dernier est âgé de 18 ans et conduisait sans permis de conduire.

Des violences urbaines à répétition

Déjà ce mardi soir, peu après 20 heures, les policiers municipaux avaient été pris pour cible par une dizaine de jeunes alors qu’ils mettaient fin à des rodéos sauvages à moto.

Les forces de l’ordre avaient aussi été caillassées durant les deux nuit précédentes dans des épisodes de violences urbaines, mais également dans la nuit de vendredi à samedi, alors que le Ramadan débutait.