Rouen : Des policiers hors service reconnus et violemment agressés par une vingtaine d’individus en pleine rue


Illustration © Actu17

Des policiers hors service venus passer la soirée dans le centre de Rouen (Seine-Maritime) ont été violemment agressés par une vingtaine d’individus dans la nuit de jeudi à vendredi.

Reconnus et violemment pris pour cible. Sept policiers hors service de la compagnie départementale d’intervention (CDI) sont allés dans un bar karaoké du centre de Rouen ce jeudi soir, avec l’intention de profiter de cette nuit d’été dans une bonne ambiance.

Vers 2 heures, ils ont quitté l’établissement et se sont dirigés vers leurs véhicules personnels. C’est alors qu’ils ont été pris à partie par plusieurs individus venant de la rue Cauchoise. « Y a les keufs » ont lancé ces derniers, puis « c’est les hnouchs ». Les policiers ont expliqué qu’ils avaient alors poursuivi leur chemin avant d’être rattrapés par ce groupe composé d’une vingtaine de personnes hostiles.

Un policier blessé au visage

Les fonctionnaires ont alors été violemment agressés et frappés. L’un qui est âgé de 39 ans, a été touché en plein visage et blessé au nez. L’alerte a pu être donnée et un équipage de police s’est rendu sur place. Les agresseurs avaient déjà pris la fuite en direction des quais. Des recherches ont été effectuées mais n’ont pas permis de retrouver les mis en cause.

Les policiers agressés vont déposer plainte ce vendredi. Une enquête a été ouverte.


Sur Twitter, Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police FO, évoque une pluie de « coups de poings et pieds » et dénonce la « lâcheté » des agresseurs, « à 20 contre 7 ».

Plusieurs autres policiers reconnus et agressés

D’autres agressions similaires visant des membres des forces de l’ordre en repos se sont produites ces dernières semaines. Ainsi, un policier hors service a été reconnu et agressé à Pontault-Combault (Seine-et-Marne) fin juillet. Un mois plus tôt, un adjoint de sécurité lui aussi en repos, a reçu un coup de machette en pleine rue à Paris, alors qu’il intervenait pour une rixe, en annonçant qu’il était policier.

Plus grave encore, un policier hors service et sa compagne ont été reconnus et très violemment agressés à la mi-juin à Lyon par plusieurs individus. « Je me suis résigné et me suis dit que c’était la fin », avait avoué le fonctionnaire sur son lit d’hôpital en évoquant cette attaque. 45 jours d’Incapacité totale travail (ITT) lui ont été attribués peu après les faits. Trois suspects ont été mis en examen dans cette affaire.