Saint-Malo : Le marabout réclamait 38 000 € pour dévoiler les numéros gagnants de l’Euromillions


Illustration. (photo Gérard Bottino/shutterstock)

Un marabout guinéen âgé de 27 ans et son cousin de 36 ans étaient jugés ce jeudi pour 24 faits d’escroqueries, devant le tribunal correctionnel de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Le prévenu principal proposait de résoudre les maux de ses clients en échange de quelques milliers d’euros.

L’affaire a débuté lorsqu’un homme a déposé plainte. Dans sa déposition, le plaignant a indiqué qu’il avait trouvé l’annonce d’un médium dans un programme TV. Après avoir contacté ce dernier afin d’évoquer sa situation personnelle et sa séparation difficile, il lui a remis plusieurs sommes d’argent raconte Ouest-France.

Plus tard, en septembre 2017, la marabout lui a proposé de lui dévoiler les numéros gagnants de l’Euromillions, en échange de la somme de… 38 000 euros. L’homme a trouvé sa proposition suspecte et a décidé d’alerter les forces de l’ordre.

Jeter des œufs dans l’eau ou découper des slips usagés

Les gendarmes se sont rendus au rendez-vous fixé par le marabout, à la gare de Dol-de-Bretagne. Sur place, c’est le cousin de ce dernier qui a été arrêté. Les enquêteurs ont finalement arrêté le mis en cause plus d’un an plus tard.

Les investigations des militaires ont montré que ce marabout faisait faire tout un tas de choses à ces clients. Ces derniers devaient jeter des œufs dans l’eau ou découper des slips usagés, explique le quotidien.


Certains clients se sont dits satisfaits des prestations du marabout

Au total, 50 victimes ont été recensées et 28 ont décidé de déposer plainte. Certaines se sont toutefois déclarées satisfaites de la prestation et n’ont pas souhaité faire une déposition. Le préjudice dépasserait tout de même les 40 000 euros durant 4 années.

Lors de son procès ce jeudi, le marabout guinéen a fait part de ses « troubles psychiatriques ». La procureure a indiqué au cours de l’audience qu’il n’était pas simple de caractériser le délit d’escroquerie étant donné que les victimes avaient contacté d’elles-même le marabout, pour obtenir ses services.

L’avocat du prévenu a réclamé de son côté la relaxe de son client qui a passé 9 mois en détention provisoire. Le délibéré est attendu pour le 14 novembre.