Saint-Quentin : Une femme meurt étranglée à son domicile, son compagnon placé en garde à vue


Illustration © Actu17

Une femme âgée de 45 ans est morte étranglée à son domicile à Saint-Quentin (Aisne) ce mardi. Son compagnon a été interpellé alors qu’il était en état d’ivresse, il a été placé en garde à vue.

Terrible drame à Saint-Quentin ce mardi soir. Les policiers ont reçu l’appel d’un homme vers 21 heures, qui leur a expliqué que l’un de ses amis lui avait avoué « avoir tué ou qu’il allait tuer sa femme », selon Véronique Parent, procureur de la République de Saint-Quentin, citée par L’Aisne Nouvelle. Le requérant a précisé que l’appartement concerné par ce drame se situait rue du général Leclerc précise une source policière.

Les forces de l’ordre se sont rapidement rendues sur place et ont pénétré dans un appartement situé au rez-de-chaussée, en passant par une cour intérieure. Par une fenêtre qui était restée ouverte, ils ont aperçu le corps inanimé d’une femme allongée au sol, dans la cuisine.

La victime décédée depuis peu de temps

Les policiers ont ensuite vu un homme qui titubait, semblant très alcoolisé, qui tentait de prendre la fuite. Il a été interpellé. Âgé de 49 ans, ce dernier est le compagnon de la victime, il a été placé en garde à vue puis en cellule de dégrisement.

Dans le même temps, les secours ont tenté de réanimer la quadragénaire mais rien n’a pu être fait pour la sauver. Elle a été déclarée morte sur place.


« Un tendeur de vélo a été retrouvé et pourrait être l’objet utilisé pour l’étranglement », a détaillé la procureure. Selon les premières constatations, la victime était décédée depuis peu de temps. Une autopsie va être pratiquée ce mercredi pour déterminer les circonstances et les causes exactes de la mort de cette femme.

Connu des services de police

Le mis en cause de 49 ans était déjà connu des services de police, mais pas pour violences conjugales. Toutefois, les policiers étaient déjà intervenus par le passé à cette adresse pour des différends au sein du couple alors qu’il était alcoolisé, selon cette même source. Aucune plainte n’avait été déposée jusqu’ici et aucune interpellation n’avait eu lieu.

L’enquête a été confiée au commissariat de Saint-Quentin. Au moins 19 féminicides se sont produits en France depuis le 1er janvier tandis qu’au moins 126 ont été recensés au cours de l’année dernière selon un décompte non officiel.