Sartrouville : Un conducteur gravement blessé après une collision avec un train


Une voiture a été percutée par un train à Sartrouville. (capture écran/DR)

C’est un miracle que ce conducteur soit toujours en vie. Mohammed, 30 ans, a été percuté par un train de marchandise durant la nuit de mercredi à jeudi à Sartrouville (Yvelines), après avoir forcé un passage à niveau au volant de sa voiture.


Vers 03h25, une fourgonnette Renault Kangoo passe entre les barrières du passage à niveau. Elle est percutée par un train de marchandise constitué de wagons-citernes de quatre cents mètres de long. Le train qui relie Bobigny (Seine-Saint-Denis) à Sotteville (Seine-Maritime) roule à 80 km/h. Le choc est terrible et la fourgonnette est broyée.

Les pompiers, la police et le SAMU arrivent rapidement sur les lieux. Le conducteur, originaire d’Argenteuil (Val-d’Oise) est encore en vie mais il est prisonnier de la carcasse de sa voiture.

A 04h20, les soldats du feu parviennent à le libérer de sa prison de taules. « Il a été soigné sur place, raconte un fonctionnaire de police, puis il a été conduit à l’hôpital Georges Pompidou à Paris (XVe) en urgence absolue ». Les prélèvements sanguins réalisés sur le conducteur du train se sont révélés négatifs. La circulation a été interrompue pendant la durée de l’opération mais elle est revenue à la normale dans la matinée.

Le drame a été filmé par une caméra de surveillance et les images ont été diffusées sur les réseaux sociaux.


Une trentaine de morts et une quinzaine de blessés chaque année

Si la responsabilité du conducteur ne fait aucun doute dans cette affaire, les passages à niveau restent un problème dans le pays. La France compte 15 000 passages équipés d’un feu rouge clignotant, d’une barrière zébrée ou un simple panneau stop, ils sont principalement répartis sur les routes communales (67%) et départementales (32%).

Chaque année, on dénombre une centaine de collisions faisant une trentaine de morts et une quinzaine de blessés. 16 millions de véhicules franchissent chaque jour un passage à niveau. Lorsque la collision a lieu entre un train et une voiture, l’automobiliste perd la vie une fois sur deux, selon la SNCF. Un chiffre à mettre en perspective avec celui des accidents de la route. « Seuls » 5% d’entre eux sont mortels.