Seine-et-Marne : En semi-liberté pour proxénétisme, il prostituait deux adolescentes de 17 ans


Illustration. (Adobe Stock)

Un homme de 23 ans a été interpellé dans son centre de semi-liberté à Meaux (Seine-et-Marne). Déjà mis en cause dans une affaire de proxénétisme, il est accusé d’avoir prostitué deux adolescentes de 17 ans dont sa petite amie.

Les enquêteurs de la brigade locale de protection des familles du commissariat de Melun travaillaient depuis plusieurs semaines sur cette affaire. Ces derniers avaient remarqué des allées et venues régulières dans la résidence étudiante Van-Gogh située rue de la Rochette raconte La République de Seine-et-Marne.

Durant les investigations, deux adolescentes de 17 ans ont été identifiées ainsi qu’un proxénète, bien connu de la police. Les faits qui se déroulaient essentiellement le week-end avaient lieu dans la chambre du frère du mis en cause, qui pensait prêter son logement pour que ce dernier puisse avoir de l’intimité avec sa petite amie.

Une quarantaine de passes durant le mois de janvier

Sa chambre servait en fait de lieu de prostitution. Les deux jeunes filles auraient réalisé une quarantaine de passes pour le seul mois de janvier. Cela faisait déjà plusieurs mois que les faits se déroulaient, depuis l’été semble-t-il selon une source proche de l’enquête citée par le quotidien.

Le mis en cause de 23 ans déféré

Soupçonné d’être le proxénète de ces deux adolescentes, un homme de 23 ans a été interpellé dans le centre de semi-liberté de Meaux, où il purgeait une peine pour… proxénétisme. Il est désormais accusé de proxénétisme aggravé et a été déféré ce jeudi au parquet de Melun. Il pourrait cette fois se retrouver derrière les barreaux.


L’une des mineurs a été interpellée sur le lieu des faits et la seconde au domicile familial au Mée-sur-Seine. Les policiers ont cherché à savoir si elles n’auraient pas tenté de rabattre d’autres jeunes filles, mais n’y sont pas parvenus à ce stade des investigations. D’autre part, plusieurs clients ont été entendus dans cette enquête et ont fait l’objet d’une ordonnance pénale.