Seine-et-Marne : Il perd sa fille de 7 ans et sa mère, les gendarmes lancent une cagnotte et récoltent plus de 51 000 €


Les gendarmes ont démarré une cagnotte en ligne, vendredi, pour venir en aide à un père de famille. L'homme a subi la perte de sa mère Pascale et de sa fille Aurore, décédées dans un tragique accident de la circulation à Poligny, le 30 mai 2020. (photo DR)

En quelques jours à peine, une cagnotte ouverte par les gendarmes de Seine-et-Marne a permis de récolter plus de 51 000 euros. L’argent est destiné à un homme qui a perdu sa fille et sa mère dans un tragique accident de la circulation. Il avait déjà subi la perte de son épouse en octobre dernier.

Les gendarmes de Seine-et-Marne ont lancé une cagnotte en ligne sur Le Pot Commun, pour venir en aide à un homme de 30 ans. Un tragique accident de la circulation, survenu le 30 mai dernier à Poligny (Seine-et-Marne), a coûté la vie à sa fillette Aurore, âgée de 7 ans, et à sa mère Pascale, âgée de 63 ans.

Un vaste élan de générosité de la part des gendarmes a permis de recueillir plus de 51 000 euros en moins d’une semaine. Plus de 2 200 personnes ont donné à Benoît, cet habitant de Remauville, de quoi couvrir les frais d’obsèques et plus encore.

Car l’homme avait déjà vu sa vie basculer le 12 octobre dernier, lors du décès de son épouse. Sa mère devrait être inhumée dans le Val-de-Marne ce jeudi. Sa fille a été enterrée au côté de sa maman, dans Val-d’Oise, mardi.

Des messages et des dons pour se reconstruire

Le sort s’est acharné sur cet auto-entrepreneur au chômage, relate Le Parisien. Son histoire a touché des centaines d’inconnus qui ont participé en donnant, pour la majorité, des petites sommes de 5 ou 10 euros, parfois plus.


Plus de 600 messages de soutien de leur part ont également été recueillis grâce à l’initiative des gendarmes, tout aussi touchés que ces personnes.

« Je ne peux imaginer votre douleur immense. Je vous souhaite de vous reconstruire et de pouvoir continuer à avancer » peut-on lire sur l’un des mots laissés par une internaute. Un sentiment partagé par tous les donateurs.

« Je suis pourtant quelqu’un d’assez négatif mais je ne pensais pas que mon histoire toucherait autant de monde » a témoigné Benoît, qui, de son aveu avait du mal à croire à l’initiative des gendarmes.

Le trentenaire s’est dit particulièrement touché par ces messages de soutien laissés à son intention, même si pour l’instant il évite de les lire, a-t-il confié. « J’essaie de me concentrer sur moi. Je les lirai plus tard, c’est sûr ».

Seul face à la douleur

« Cet homme qui ‘subit le sort’ se trouve désormais seul face à la douleur à laquelle s’ajoutent des difficultés financières pour assurer les obsèques de ses proches », expliquaient des gendarmes à l’origine de cet élan de solidarité.

La cagnotte permettra ainsi d’alléger un peu son fardeau. « Je sais en tout cas que cet argent va me permettre de souffler et de changer de lieu de vie plus rapidement et sereinement, si c’est possible », a témoigné Benoît qui affirme s’accrocher, malgré un chagrin incommensurable.

Il espère pouvoir se reconstruire du côté de la Bourgogne à quelques dizaines de kilomètres de la Seine-et-Marne, auprès d’amis.

Une enquête en cours

Les dons cesseront d’être récoltés à la mi-juin. De leur côté, les gendarmes de Lorrez-le-Bocage-Préaux, poursuivent les investigations pour déterminer les causes de ce tragique accident.

Le conducteur impliqué dans ce drame, un jeune homme de 22 ans, a été mis en examen pour « homicides involontaires » et placé sous contrôle judiciaire.