Seine-et-Marne : Le policier violemment percuté est décédé des suites de ses blessures


Illustration. (Shutterstock)

Le policier de la Compagnie départementale d’intervention (CDI) Nord de Seine-et-Marne qui a été percuté à Bailly-Romainvilliers, dans la nuit de lundi à mardi, est décédé.


La triste nouvelle est arrivée dans la matinée. Le policier qui a été percuté par un véhicule de la Brigade anticriminalité (BAC) est décédé dans la nuit de mardi à mercredi selon des sources policières. Les syndicats Alliance Police Nationale et Unité SGP Police FO de Seine-et-Marne lui ont rendu hommage sur Facebook. Vincent était âgé de 33 ans.

« Une immense tristesse nous envahit à l’annonce du décès de notre collègue Vincent », a écrit la police nationale du département, sur Twitter. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a adressé dans un tweet ses « sincères condoléances » à la famille du défunt, « ainsi qu’à l’ensemble de ses collègues et de la police nationale ».

Un refus d’obtempérer

Le drame s’est produit lors d’une course-poursuite avec un chauffard vers 00h30, dans la nuit de lundi à mardi. Une intervention qui a débuté sur l’autoroute A4. Le conducteur au volant d’une Renault Laguna a refusé de s’arrêter, il était poursuivi par un véhicule de la BAC. Le fuyard a finalement décidé de sortir et s’est dirigé sur l’avenue Paul-Séramy à Bailly-Romainvilliers, qui mène vers Disneyland Paris.

Un équipage de la CDI s’est positionné sur cette même avenue et a installé un stop-stick (une herse, ndlr). Le véhicule de la BAC l’a évité alors que le chauffard a roulé dessus. Quelques instants plus tard, dans des circonstances qui restent à éclaircir, une deuxième voiture de la BAC est arrivée et a violemment percuté Vincent. Le policier était semble-t-il en train de ramasser le stop-stick au moment du drame. L’enquête devra déterminer ce qu’il s’est précisément passé.

Le chauffard a été interpellé peu après puis placé en garde à vue. Selon nos informations, il est bien connu de la police et de la justice, notamment pour des délits routiers. Âgé de 26 ans, il a notamment été condamné à plusieurs mois de prison l’an passé. Au moment des faits dans la nuit de lundi à mardi, il était a priori en état d’ivresse. Des analyses toxicologiques sont en cours. En outre, le mis en cause conduisait sans permis de conduire.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Meaux et à l’inspection générale de la police nationale (IGPN), par le parquet.