Seine-Maritime : Une pensionnaire d’un Ehpad meurt brûlée par l’eau de sa douche


Illustration. (Pixabay)

Une femme de 94 ans, atteinte de la maladie d’Alzheimer, est décédée après s’être ébouillantée sous une douche à 60°C, dans un Ehpad de Bois-Guillaume près de Rouen (Seine-Maritime).


Une enquête a été ouverte pour « homicide involontaire ». Plus de trois ans après sa mort tragique, ses enfants se battent toujours pour que justice soit rendue. Une plainte contre X avait été déposée au mois de décembre 2017.

Cette résidente de la maison de retraite médicalisée « Villa Saint Do » du groupe Korian avait été retrouvée gravement brûlée dans la nuit du 8 au 9 juillet 2016, révèle ce lundi Paris-Normandie.

Une eau de douche trop chaude

Le personnel avait été alerté « lorsque l’eau et la vapeur d’eau sont passées sous la porte de sa chambre et ont déclenché le système incendie », relatent les parties civiles. Ils l’ont découverte 45 minutes après le drame.

La victime avait fait un malaise sous sa douche avant d’être brûlée par une eau à 60°C. Les secours l’avaient prise en charge et transportée au CHU de Rouen, inconsciente. Elle y est décédée des suites de ses blessures le 21 juillet 2016.


Un « défaut de surveillance »

Compte tenu de ses problèmes de santé, la résidente était pourtant accueillie dans l’une des deux unités spécifiques et sécurisées de l’établissement. « Avec un coût de 3 300 euros par mois, nous pensions avoir le meilleur pour elle » témoigne la fille de la défunte auprès du quotidien régional.

Pour l’avocat des parties civiles, la nonagénaire a été victime d’un « défaut de surveillance ».

Depuis 2017 à la suite de ce drame, le groupe Korian a installé des cartouches anti-brûlures sur la totalité des robinets des salles de bains de ses maisons de retraite. Cette protection coupe l’eau chaude dès que la température atteint les 48°C.