Seine-Saint-Denis : Il s’exhibe et se masturbe durant des appels vidéo à des femmes choisies au hasard


Illustration. (Shutterstock / DedMityay)

Onze femmes ont été recensées par les enquêteurs, pour le moment. Elles ont reçu des appels vidéos répétés d’un jeune homme qui n’hésitait pas à se masturber devant elles par écran interposé, tout en les menaçant de viol.

Entre novembre 2015 et août 2020, un jeune homme aujourd’hui âgé de 19 ans a procédé à de très nombreux appels malveillants à caractère sexuel. Une quarantaine de femmes auraient ainsi été contactées par le suspect, mais « onze victimes ont été dénombrées pour le moment », a indiqué le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis), cité par Le Parisien.

Le suspect a été interpellé mercredi, au terme d’une enquête débutée en août dernier, après une première plainte enregistrée à La Courneuve. Les investigations ont permis aux policiers de recenser plusieurs victimes, des femmes de tous âges et de tous milieux socio-professionnels, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d’Oise. C’est dans ce dernier département que les enquêteurs ont mis fin à ses agissements inquiétants.

Il évoquait les pulsions de viol qu’il ressentait

Les victimes n’ont pour la plupart jamais vu le visage de leur interlocuteur qui s’infiltrait auprès d’elles en leur passant des appels vidéo non sollicités, via l’application Viber. Il n’hésitait pas à montrer son sexe et à se masturber depuis l’intimité de sa chambre.

Outre cette pratique sexuelle singulière, le jeune homme pouvait aussi confier à ses interlocutrices son souhait de quitter le virtuel pour le réel, en évoquant les pulsions de viol qui l’animaient. Durant ces appels malveillants, qui pouvaient se répéter jusqu’à constituer un véritable harcèlement, le pervers sexuel décrivait avec force détails les lieux dans lesquels il pourrait passer à l’acte.


Introverti et complexé

Certaines des femmes ainsi contactées, choquées, étaient parfois rappelées une dizaine de fois. Les menaces d’alerter la police n’avaient aucune conséquence sur ses agissements. Le jeune homme, qui passait le plus clair de son temps dans sa chambre, pensait sans doute être à l’abri derrière son numéro masqué.

Inconnu des services de police pour des faits d’agressions sexuelles, selon une source proche du dossier citée par le quotidien francilien, le suspect est un jeune homme introverti et complexé. Il n’avait pas de relation amoureuse.

Le mis en cause se trouvait toujours en garde à vue, ce jeudi après-midi, au commissariat de La Courneuve. Il devrait faire l’objet d’une comparution immédiate ce vendredi, devant le tribunal correctionnel de Bobigny.