Somme. Gendarme renversé et plongé 5 jours dans le coma : le chauffard remis en liberté


Illustration. (NeydtStock / Shutterstock)

Chez les gendarmes, « c’est un sentiment d’incompréhension, voire d’indignation » qui domine, affirme l’avocat de la victime.

Début novembre, le chauffard âgé de 28 ans qui a fauché un gendarme à Hombleux (Somme), le 2 mars dernier, va recouvrer la liberté. Alors qu’il avait été placé en détention provisoire, le Juge des libertés et de la détention (JLD) a estimé ce lundi que cette mesure n’apparaissait plus justifiée ni pour les nécessités de l’instruction, ni à titre de mesure de sûreté, relate le Courrier Picard. Le suspect, qui a reconnu les faits, sera placé sous contrôle judiciaire.

Alcool, stupéfiants, défaut de permis…

Le drame s’est produit le 2 mars dernier, vers 23h25, à Hombleux, sur la route départementale D930. Le chauffard, finalement dépisté positif à alcool et aux stupéfiants, circulait sans permis ni assurance et avait tenté d’échapper à un contrôle routier.

Un gendarme avait été percuté de plein fouet par le suspect au volant de sa Renault Espace. Grièvement blessé, il avait dû être héliporté en urgence vers l’hôpital. Le militaire, dans un état critique, est resté cinq jours dans le coma. Il a également subi de multiples opérations chirurgicales, rapporte L’Essor.

Le chauffard avait été interpellé, tout comme sa compagne présente avec lui et poursuivie pour non-assistance à personne en danger.


L’avocat du militaire grièvement blessé estime que ce « délinquant multirécidiviste est remis en liberté notamment parce que des expertises ne sont pas rentrées au dossier ou que le juge d’instruction ne l’a pas interrogé depuis 4 mois ». Il assure que beaucoup de gendarmes « vivent cette décision comme un affront à leur sens du devoir ».